Boire & mangerScience & santé

Les jeunes américains mangent moins au fast-food

Repéré par Lucie de la Héronnière, mis à jour le 04.04.2015 à 9 h 46

Repéré sur Time, JAMA Pediatrics, Reuters

Et moins de calories venues de burgers, de pizzas ou de poulet.

California Whopper/ Joey via Flickr CCLicence By

California Whopper/ Joey via Flickr CCLicence By

«Enfin de bonnes nouvelles à propos des enfants et du fast-food», se réjouit Time. En effet, si l’on en croit une étude publiée dans JAMA Pediatrics, le pourcentage de jeunes américains (4-19 ans) qui mangent souvent au fast-food a diminué. Tout comme le nombre de calories qu’ils avalent dans les chaînes de restauration rapide.

Les chercheurs ont analysé les données d’une grande enquête nationale sur la nutrition et la santé. En 2003-2004, sur un jour donné, près de 39% des petits américains mangeaient au fast-food, tous genres de restauration rapide confondus. Ce chiffre était tombé à 33% en 2009-2010.

Le nombre de calories consommées sous forme de burgers, pizzas ou poulet au fast-food a aussi diminué. Plus précisément, moins d’enfants sont allés à la pizzeria chaque jour, et quand ils le faisaient, ils avaient tendance à consommer moins de calories. Pour le cas des burgers, le nombre de calories sous cette forme a diminué, mais pas les visites aux chaînes de restauration rapide. Les enfants ou leurs parents ont donc sûrement fait des choix plus légers.

Les calories venues de fast-foods mexicains ou de spécialistes du sandwich sont restées stables. Comme le souligne le communiqué, il n'y a eu d'augmentation de calories refilées aux enfants pour «aucun segment du marché du fast-food».

Colin D. Rehm, auteur de l’étude, suggère qu’il y a plusieurs facteurs, liés aux préférences du consommateur, à la prise de conscience et à la sensibilisation à la nutrition, mais aussi aux changements réalisés dans les restaurants (réduction de la taille des portions, reformulation des menus, propositions alternatives aux plats plus gras…).

D’autres sources, note Reuteurs, ont observé un déclin des ventes de pizzas depuis 2003, ce qui pourrait expliquer le déclin des calories venues de pizzas. Par contre, la mesure sur l’affichage des calories obligatoire n’était pas encore en vigueur aux dates concernées et ne peut donc pas expliquer cette évolution.  

Et Colin D. Rehm ajoute:

«Nous avons observé une baisse du nombre de calories ingérées par occasion de manger, ce qui suggère que le comportement du consommateur et les changements réalisés dans les restaurants peuvent vraiment impacter le régime alimentaire et le nombre de calories que les gens mangent. C’est prometteur. Cela signifie que les gens ne sont pas immuables».

Ces chiffres sont donc positifs, malgré une limite de l’étude: elle considère le nombre de calories avalées, et pas du tout le profil nutritionnel des aliments, la qualité de ces calories. D’autres informations plutôt encourageantes ont été signalés récemment. Début 2014, une étude affirmait que l’obésité chez les 2-5 ans américains avait reculé de 43% dans la dernière décennie. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte