Parents & enfantsTech & internet

Aux Etats-Unis, certains étudiants pourront remplacer les langues étrangères par le code

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 03.04.2015 à 11 h 29

Repéré sur Bloomberg, OPB

Computer class above Federico Feroldi via Flickr CC License by

Computer class above Federico Feroldi via Flickr CC License by

Code LV1. Quatre des cinquante Etats américains ont voté ou sont sur le point de voter des mesures «qui devraient ravir les lycéens qui ont du mal à rouler les "r"», annonce Bloomberg

«Plutôt qu'apprendre l'espagnol en langue étrangère obligatoire, ils pourraient prendre des cours de code informatique.»

Ces mesures pourraient répondre à une demande du marché du travail puisque selon l'association à but non-lucratif Code.org, qui prône l'éducation à la technologie, d'ici à 2020, 1,4 million d'emplois nécessiteront une expertise informatique, et seuls 400.000 seront alors occupés par des diplômés.

En 2013, raconte le site d'informations américain, le Texas avait été le premier à adopter une proposition de loi qui permettait aux étudiants de remplacer des heures de langues étrangères par des heures de cours d'informatique.

En septembre de la même année, Wired publiait un article titré «Oubliez les langues étrangères et la musique. Apprenez le code à nos enfants». A l'intérieur, le magazine américain estimait qu'encourager «la maîtrise du code devrait être une priorité pour les écoles américaines, parce que c'est le code, et pas le mandarin, qui sera la vraie lingua franca du futur».

Interrogé par Bloomberg, un législateur de l'Etat de Washington explique que beaucoup d'étudiants sont plus enthousiastes à l'idée d'apprendre le code qu'à celle de conjuguer des verbes. Et si les chiffres fournis par The College Board semblent lui donner raison, pas sûr que tout le monde partage son avis.

Un journaliste du World in words, un podcast de la radio publique de l'Oregon (OPB) expliquait ainsi, alors qu'un projet de loi similaire était en discussion dans l'Etat:

«Je n'ai rien contre le fait que des étudiants en apprennent un peu plus sur la programmation, mais je pense que c'est déloyal de contourner les prérequis en langues étrangères. Cela montre que pour beaucoup de politiciens américains –mais aussi malheureusement d'enseignants– les langues étrangères ont une faible valeur. Aucun linguiste que je connais ne croit aux arguments qui indiquent que les langages de programmation se rapprochent des langues étrangères et qu'elles devraient être traitées de la même façon.»

Dans l'Etat de Washington, raconte Bloomberg, l'homme qui se trouvait à l'origine du projet de loi a depuis décidé d'y mettre un frein et de «chercher des moyens de soutenir à la fois les cours de programmation informatique et ceux de langues étrangères».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte