Science & santé

Des scientifiques ont doté une femelle rat d'un cerveau mâle

Repéré par Pierre Lemerle, mis à jour le 03.04.2015 à 12 h 11

Repéré sur Nature, Science Daily

Une expérience qui permet de mieux comprendre comment le sexe de notre cerveau est déterminé.

Des rats nouveaux-nés par Tatiana Bulyonkova License by

Des rats nouveaux-nés par Tatiana Bulyonkova License by

Une femelle qui se comporte comme un mâle. Des scientifiques de l'université de Médecine du Maryland ont réussi à opérer cette transformation surprenant sur un rat, rapporte le site Nature.

«Physiquement, ces animaux étaient des femelles, mais dans leur manière de se reproduire, ils se comportaient comme des mâles, explique Bridget Nugent, une des chercheuses ayant conduit l'étude. C'était fascinant de voir cette transformation.»

Le plus étonnant est sûrement que cette mutation a eu lieu après la naissance. Margaret Mc McCarthy, professeure menant l'étude, savait qu'il existe un temps limité avant la naissance, où le cerveau devient mâle ou femelle. Mais jusqu'à présent, les scientifiques pensaient qu'une fois cette période prénatale terminée, il était impossible d'agir sur le sexe d'un individu.

L'expérience a été la suivante: les scientifiques ont injecté, après la naissance de l'animal, une enzyme appelée DNMTs, afin de modifier l'ADN des rats étudiés, dans l'aire préoptique; une partie du cerveau jouant un rôle clef dans la transformation de celui-ci en mâle ou femelle. Cette région cérébrale a été transformée, devenant une partie mâle et influençant l'ensemble du comportement sexuel de l'animal.

Comprendre comment un cerveau femelle devient mâle

Cette transformation est une première dans le monde scientifique note Margaret McCarthy dans le communiqué de presse:

«Personne n'a jamais montré comment se passait ce processus. Cela nous permet de comprendre comment le genre est déterminé dans le cerveau»

La mutation permet de voir quelles hormones, cellules, jouent un rôle dans le processus de masculinisation. L'étude montre notamment que des microglies («des cellules formant la principale défense immunitaire active du système nerveux central» selon la fiche Wikipedia), participent à la masculinisation en produisant de la prostaglandine. Cette molécule neurochimique était jusqu'à présent associée à des maladies, d'après Science Daily. Un cours de l'ENS-Lyon explique qu'elle est libérée par l'organisme lorsqu'il répond à une agression extérieure (virus, infections, etc.).

Une nouvelle fois, selon Science Daily, l'expérience prouve le rôle du système immunitaire dans le processus de masculinisation. Elle permet de comprendre le rôle de l'enzyme DNMTs qui, d'après l'étude, agit sur le système immunitaire et sur le genre du cerveau.

ratsgenresexecerveaumâle
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte