Égalités

Les femmes qui ont des partenaires violents ont moins tendance à utiliser des contraceptifs

Temps de lecture : 2 min

Fabrication de préservatifs à Pontian, en Malaisie, le 7 novembre 2012. REUTERS/Bazuki Muhammad
Fabrication de préservatifs à Pontian, en Malaisie, le 7 novembre 2012. REUTERS/Bazuki Muhammad

Une étude récemment publiée dans la revue scientifique Plos One confirme que la violence domestique se manifeste par une forte volonté de contrôle des choix reproductifs de la femme. On parle à ce sujet de «coercition reproductive.»

Lauren Maxwell, une chercheuse en épidémiologie de l'université de McGill a analysé des données concernant plus de 14.000 femmes dans cinq pays: les Etats-Unis, l'Inde, le Zimbabwe, le Nicaragua et l'Afrique du Sud. Son analyse a mis en évidence un lien très fort entre violence domestique et non utilisation de contraceptifs, rapporte le magazine Pacific Standard.

Lorsque ces femmes utilisent des moyens de contraception, il s'agit très rarement de préservatifs, dont l'utilisation aurait besoin d'être approuvée par l'homme. L'étude révèle aussi que plus la violence subie est grande, moins une femme a tendance à utiliser des contraceptifs.

Ces résultats expliquent notamment pourquoi les taux d'infection au VIH et les avortements sont supérieurs chez les femmes victimes de violence. Dans les pays africains, les femmes battues par leur partenaire sont trois fois plus susceptibles de contracter le virus du sida.

«Il faut prendre en compte la violence domestique lorsque nous mettons en place des programmes pour améliorer l'accès à la contraception» explique Lauren Maxwell.

En effet, elle note que certaines associations incluent les hommes dans les discussions sur la contraception et les maladies sexuellement transmissibles, une approche peu efficace si le partenaire est violent.

Newsletters

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Jusqu'au siècle dernier, les femmes qui riaient étaient dangereuses

Pour la gent féminine, s'esclaffer a longtemps été encadré, contrôlé et craint: ce n'est qu'au XXe siècle qu'elles ont pu se permettre de rire à gorge déployée.

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

L'invisibilisation des femmes de plus de 50 ans, un signe éclatant de la misogynie de notre société

Où sont les vieilles? Comment apprivoiser le vieillissement si mon corps à venir n'existe nulle part?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Remplacer le mot «femme» par «personne qui a ses règles» est-il vraiment inclusif?

Aux États-Unis, l'emploi du mot «femme» est de plus en plus controversé. Mais suivre la logique de certains activistes s'avère périlleux.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio