Égalités

«La grossophobie réplique tout du racisme ou du sexisme»

Temps de lecture : 2 min

REUTERS/Lucas Jackson
REUTERS/Lucas Jackson

Inciter à la maigreur, c'est mal. C'est ce que redit très clairement, très fermement, un amendement adopté par l'Assemblée nationale le 2 avril dans le cadre du projet de loi santé, qui punit le fait de «provoquer une personne à rechercher une maigreur excessive [...]». Mais inciter à penser que la grosseur, c'est mal? Inciter à penser qu'être gros c'est être flemmard, c'est ne pas prendre soin de soi, c'est ne pas être une vraie femme?

Sur son blog Ladies and Gentlemen, Marie Donzelle se pose la question dans un post intitulé «La grossophobie m'agresse (plus que l'incitation à l'anorexie)». Elle écrit notamment, elle à qui on a reproché d'être «trop maigre»:

«La grossophobie m'agresse. Directement. Violemment. Indépendamment même de mon propre rapport à mon corps et du regard qui est porté sur lui. La grossophobie m'agresse comme le racisme. La grossophobie m'agresse comme le sexisme agresse les hommes quand il leur fait honte d'être du bon côté du manche, si celui-ci ne sert qu'à écraser l'autre moitié de l'humanité. [...]

La grossophobie me fait horreur parce qu'elle réplique tout du racisme ou du sexisme les plus rances: la primauté du critère d'apparence immédiate sur tout autre élément constitutif de l'individu (comme "la femme" est considérée "femme" avant d'être toute autre chose, "la grosse" est d'abord désignée comme "grosse"), l'attribution de qualités morales à la caractéristique morphologique (comme il s'est dit, et hélas il n'y a pas si longtemps, que le "noir" était "flemmard", "le gros" est supposé manquer de "self control")»

Et à travers son texte, très juste, Marie Donzelle rappelle au passage qu'être féministe, ce n'est pas juste défendre l'égalité des femmes aux hommes, mais une pensée qui permet de penser les inégalités dans leur ensemble. Ou en tous cas devrait toujours le permettre.

Slate.fr

Newsletters

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Ne laissons pas l'espace public aux mains de connards homophobes

Pas un jour ne passe sans que l'on ne voit sur les réseaux sociaux le visage tuméfié d'une nouvelle victime d'actes de violence gayphobe, lesbophobe ou transphobe. Jusqu'à quand continuerons-nous de le supporter?

Parmi les sans-abri de Los Angeles, des milliers de jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles

Parmi les sans-abri de Los Angeles, des milliers de jeunes LGBT+ rejetés par leurs familles

Dans la ville aux 58.000 SDF, d’autres chiffres donnent le tournis: 6.000 seraient issus de la communauté LGBT+. En première ligne de cette population doublement marginalisée, les jeunes.

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

Sur les 54 000 nouveaux cas annuels de cancers du sein, 10% touchent des femmes de moins de 40 ans. L’association Jeune et Rose leur est dédiée.

Newsletters