Sports

Football : les bleus désavouent leur sélectionneur

Temps de lecture : 2 min

Thierry Henry était de ceux qui ont accroché la première étoile sur le maillot des bleus. Selon Le Parisien, c'est lui qui a signifié, sans détour ni colère, à Raymond Domenech, le désamour de l'équipe à l'égard du sélectionneur.

Il est un peu plus de 17h, quelques minutes avant le dernier entraînement des Bleus vendredi. La tension est palpable dans la salle de réunion du château de Clairefontaine, raconte lundi Le Parisien. Depuis l'Euro 2008, les hommes de Domenech déçoivent sans parvenir à inverser la tendance. Le match face à la Roumanie qui doit se jouer le lendemain sera déterminant pour la qualification pour la Coupe du monde de 2010. Le sélectionneur tente alors de prendre ses joueurs à rebrousse poil, pour stimuler leur orgueil: l'entraînement de la veille «l'a laissé sur sa faim». Il doute de la volonté de gagner de ses joueurs. Grand mal lui en prend. Les joueurs eux, doutent de la qualité de leur encadrement, et le disent.

«On s’ennuie pendant vos entraînements. Cela fait douze ans que je suis en équipe de France, jamais je n’ai été dans cette situation. On ne sait pas comment jouer, où se situer, comment s’organiser. On ne sait pas quoi faire. On n’a aucun style, aucune idée directrice, aucune identité. Ça ne va pas», aurait dit Henry avec tout le poids que lui confère son aura de meilleur buteur de l'histoire des bleus. Quelques minutes plus tôt, il lâchait aux journalistes: «depuis que le coach est en place, on a toujours eu des problèmes». C'est une fronde inédite contre le sélectionneur. Domenech balbutie, répond tant bien que mal par des considérations tactiques.

Le lendemain soir après le match, des «Domenech démission!» résonnent dans les tribunes. Face aux caméras, les commentaires des joueurs semblent surréalistes. Ils parlent de beau jeu, de malchance tenace, se congratulent d'avoir tout de même dominé les Roumains. Hors du champ des caméras l'équipe balance contre son chef et se désolidarise, à deux jours d'un match encore plus capital, face à la Serbie.

[Lire l'article complet sur Le Parisien]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Domenech et Henry lors de la Coupe du Monde 2006. Posté sur Flickr par Patrick Liu

Slate.fr

Newsletters

En Chine, le MMA fait trembler les arts martiaux traditionnels

En Chine, le MMA fait trembler les arts martiaux traditionnels

En Chine, la rivalité entre arts martiaux est un combat culturel.

Faire du sport nous rend-il vraiment plus intelligent?

Faire du sport nous rend-il vraiment plus intelligent?

Les effets sur la mémoire d'une activité physique se confirment.

Un peu d'histoire pour relativiser la rivalité entre le Real Madrid et le FC Barcelone

Un peu d'histoire pour relativiser la rivalité entre le Real Madrid et le FC Barcelone

Dans «Le footballeur allergique à la neige», en librairie le 8 novembre, le journaliste Ali Farhat revient sur le destin étonnant de Juan et Carlos Padrós, qui ont contribué à la création du Real Madrid, ennemi juré du FC Barcelone.

Newsletters