MondeHistoireCulture

Le jour où le nouveau président nigérian a emprisonné Fela Kuti

Repéré par Myriam Lebret, mis à jour le 02.04.2015 à 13 h 10

Repéré sur The Guardian, The Washington Post, RFI

Muhammadu Buhari vote pour les présidentielles et les sénatoriales à Daura, Nigéria, le 28 mars 2015. REUTERS/Akintunde Akinleye

Muhammadu Buhari vote pour les présidentielles et les sénatoriales à Daura, Nigéria, le 28 mars 2015. REUTERS/Akintunde Akinleye

Muhammadu Buhari, le nouveau président du Nigéria, a déjà dirigé le pays après un coup d'Etat militaire, du 31 décembre 1983 au 27 août 1985. Pendant cette dictature militaire, il a emprisonné le musicien Fela Kuti en 1984, comme le raconte The Guardian. 

Féla, musicien d'afrobeat influent et militant politique courageux contre la corruption selon le qutidien britannique a passé sa vie à se battre contre les dirigeants militaires du Nigéria. The Guardian rappelle qu’il a été arrêté 200 fois par les différents régimes, mais seulement gardé en prison pour une longue période par le Major-General Buhari, connu alors pour sa «guerre contre l’indiscipline»

En septembre 1984, Fela et son groupe étaient à l’aéroport de Lagos, en route pour une tournée américaine importante, quand il a été accusé d'exporter 1.600 livres sterling, une monnaie étrangère, de manière illégale.

Selon le manager et ami du musicien, Rikki Stein, Fela et lui avaient été à Londres un peu plus tôt. Il explique:

«(Fela) m’a demandé de lui ramener de l’argent, donc je lui ai ramené 3.000 livres de la banque. Cet argent avait été gagné légalement, en dehors du pays, et quand il est retourné au Nigéria il a rempli les documents administratifs comme il le fallait et l’a déclaré.» 

Quand Fela s’est préparé à partir aux Etats-Unis, il a aussi rempli les formulaires et déclaré les 1.600 livres qu’il emmenait avec lui. Quand il a donné le formulaire de devises, le fonctionnaire lui a demandé un pourboire. Fela a dit qu’il n’avait pas d’argent sur lui et qu’il le donnerait plus tard. Mais un autre fonctionnaire a découvert l’argent dans un manteau porté par l’un des membres de l’équipe, et le fonctionnaire qui avait demandé un pourboire a nié avoir vu le formulaire. Fela été arrêté et condamné à 5 ans de prison, puis libéré 1 an et demi plus tard après un nouveau changement de régime.

Mais Buhari n’a pas été le seul dirigeant nigérian à tenter de faire taire Fela. The Guardian rappelle qu'en 1977, il avait embarrassé le général Obasanjo en refusant de participer à un festival de culture panafricaine à Lagos. Peu après, son club, qu’il avait déclaré être un Etat indépendant, la République de Kalakuta, avait été attaqué par les militaires.

Le fils de Fela Kuti, Seun, a dit que Buhari avait piétiné les droits de sa famille quand il a mis son père en prison. Mais il affirme aussi selon le Guardian:

«Je peux lui pardonner s’il commence à faire aux Nigérians ce que Fela aurait aimé.» 

RFI explique que Yeni Kuti, la fille de Féla, accorde elle aussi le bénéfice du doute au nouveau président, même si elle a quelques réserves:

«N’oubliez pas que Buhari a jeté mon père en prison! Et c’était injuste! Mais les gens peuvent changer.» 

Femi, l’aîné des enfants, a plus de mal à pardonner l’ancien dictateur. Il se souvient que le peuple avait déjà élu Olusegun Obasanjo, un ancien dictateur qui avait ordonné que la maison de Fela soit brûlée. 

Le Washington Post, qui rappelle que Fela Kuti a inventé l’Afrobeat et s'est radicalisé aux Etats-Unis au contact des Black Panthers, rapporte les propos du musicienEn 1978, il avait dit: 

«N’importe quoi peut arriver au Nigéria. S’ils en arrivent au point où quiconque qui essaie de diriger cet endroit ne fait aucun progrès, ils pourraient baisser leur garde et demander, "Fela, est-ce que tu veux nous diriger aujourd’hui?"»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte