Culture

Gary Dahl, l'homme qui a vendu un caillou domestique à des millions d'Américains, est mort

Temps de lecture : 2 min

Le Pet Rock, «la mode la plus ridicule» de tous les temps, est parfois considéré comme l'ancêtre du Tamagotchi.

Gary Dahl, sur une image d'archive de NBC News.
Gary Dahl, sur une image d'archive de NBC News.

On n'évoque plus son invention que dans des listes sur les «idées ridicules qui ont rendu leur inventeur millionnaire», et pour cause: Gary Dahl était à l’origine du Pet Rock, un «animal» de compagnie virtuel –en fait un simple caillou. Il est mort à l’âge de 78 ans, le 23 mars, mais sa mort n’a été annoncée que mardi 31 mars par son épouse.

Contrairement aux apparences et même s’il s’agissait bien au départ d’une blague, le Pet Rock n’est pas un poisson d’avril mais un objet qui s’est vendu à 1,5 million exemplaires lors des fêtes de Noël de 1975 aux Etats-Unis, et est considéré comme un des cas les plus fascinant de marketing réussi.

Gary Dahl était publicitaire, et dans les années d’après-guerre du Vietnam en pleine affaire du Watergate, raconte le Washington Post, il pensait que les Américains souhaitaient se détendre et qu’ils plébisciteraient une idée légère.

Pour 3,95 dollars, poursuit le New York Times, on pouvait s’offrir cet objet fourni dans une boîte en carton munie de trous d’aération pour que le Pet Rock puisse respirer.

«On pourrait dire que nous avons mis en boîte un sens de l’humour», expliquait Gary Dahl à la presse. Le génie, poursuit le New York Times, résidait dans le manuel qui accompagnait le Pet Rock, expliquant comme le nourrir, l’entraîner et prendre soin de lui.

Une mode aussi éphémère et déroutante que le Tamagotchi, petit boîtier électronique lui aussi vendu comme un animal virtuel, dont il fallait néanmoins s'occuper quotidiennement pour le garder «en vie», et parfois qualifié de «Pet Rock des années 1990».

Le Pet Rock a fait de nombreux émules, comme ce Pet Rock USB présenté comme la version numérique de l'animal d'origine...

Des Pet Rocks sur le site Bad Fads Museum

Gary Dahl a ensuite connu le revers de sa notoriété si étrangement acquise: son épouse a raconté qu’au bout d’un moment, les gens venaient les voir avec des idées absurdes, comme un animal en bois, en gravier ou en forme de crotte, et qu’ils attendaient de Gary qu’il réédite l’exploit pour leur produit.

La suite est plus triste: il achète un bar, se met à trop boire, relance des coups marketing qui n’auront pas le succès du Pet Rock, comme le kit pour faire pousser du sable et créer son désert… Ses associés l’avaient poursuivi en justice et l’inventeur avait dû leur régler une somme à six chiffres.

Il était l’auteur en 2001 de La publicité pour les nuls.

En 1988, il avait confié à Associated Press qu'il lui arrivait de regretter d'avoir mis le Pet Rock sur le marché:

«Parfois, je regarde en arrière et je me demande si ma vie n'aurait pas été plus simple si je ne l'avais pas fait.»

Slate.fr

Newsletters

«Let's party like it's 1999» (en attendant le bug de l'an 2000)

«Let's party like it's 1999» (en attendant le bug de l'an 2000)

Cette année-là, nombre de chansons véhiculaient la peur du bug qui nous aurait fait passer sans transition de 1999 à 1900.

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

En théorie, elles sont plus sexy que les leçons de grammaire. En pratique, parfois beaucoup moins.

«La chute du Monstre», le livre qui fait trembler Marseille

«La chute du Monstre», le livre qui fait trembler Marseille

Philippe Pujol, prix Albert Londres en 2014, signe un réquisitoire implacable contre le système politique marseillais, à l'heure où Jean-Claude Gaudin s'apprête à céder son fauteuil de maire.

Newsletters