Science & santé

Les bâtiments vitrés tuent chaque année des milliers d’oiseaux migrateurs

Repéré par Bénédicte Le Coz, mis à jour le 01.04.2015 à 12 h 59

Repéré sur Quartz, Actu Environnement, ASPAS

Zonotrichia albicollis,Bird hand_2013-02-28-10.47 USGS Bee Inventory and Monitoring Lab via Flickr CC License by

Zonotrichia albicollis,Bird hand_2013-02-28-10.47 USGS Bee Inventory and Monitoring Lab via Flickr CC License by

L’association Lights Out DC milite pour la protection des oiseaux migrateurs aux Etats-Unis. Quartz relève que depuis le début de la semaine, une vingtaine de ses volontaires explorent tous les matins les rues de Washington à la recherche de cadavres d’oiseaux, victimes de collision avec des bâtiments vitrés.

Quartz explique que pendant les périodes de migration, le printemps et l'automne «des volées d’oiseaux se retrouvent dans des environnements densément peuplés comme à Washington où les bâtiments de verre et gratte-ciel sont nombreux. Fréquemment, les oiseaux sont attirés par les lumières artificielles ou sont désorientés par les surfaces lisses et transparentes et se heurtent de plein fouet au verre».

Au total, 550 millions à un milliard d’oiseaux périssent chaque année aux Etats-Unis à la suite d'une collision avec un bâtiment selon une étude de l’USDA Forest Service, citée par Quartz.

La mission de Lights Out DC paraît simple: collecter des preuves de la nocivité des bâtiments et demander à leur gestionnaire d’éteindre les lumières ou d’en réduire l’intensité pendant les saisons migratoires.

A Washington, l’association a réussi à convaincre le Thurgood Marshall Federal Center. Depuis cette intervention, les collisions auraient diminué de deux tiers, relate Quartz.

Thurgood Marshall Federal Center via Wikimedia

Mais l’association se confronte à un manque de reconnaissance et de compréhension selon Anne Lewis, sa présidente. Elle raconte que la plupart des personnes ne sont toujours pas conscientes qu’il s’agit d’un problème global.

«Quiconque a déjà vu un oiseau se heurter à une vitre pense que c’est un évènement triste, isolé, qui ne mérite pas d’actions correctives.»

En Europe, le phénomène est tout aussi «réel» qu’en Amérique du Nord, soulignait en 2010 Actu Environnement. L’Association pour la protection des animaux sauvages (ASPAS) estime que des centaines de milliers d’oiseaux meurent en France chaque année, après avoir heurté une vitre, et qu’il s’agit de «l’un des plus grands problèmes de protection des oiseaux de notre monde civilisé».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte