Kadhafi ne veut pas indemniser les familles des victimes de l'IRA

Slate.fr, mis à jour le 07.09.2009 à 11 h 12

Seïf al-Islam Kadhafi, le fils du Colonel Muammar Kadhafi qui dirige la Libye depuis 40 ans a déclaré que son pays n'a pas l'intention d'indemniser les familles de victimes de l'IRA (armée républicaine irlandaise). La Libye a été l'un des principaux fournisseurs d'armes et d'explosifs à l'IRA qui les a utilisé dans de multiples attentats.

Seïf al-Islam Kadhafi a déclaré à la chaîne de télévision Sky News que l'affaire se réglera «devant les tribunaux. Nous avons nos avocats, ils ont les leur».

Le Premier ministre britannique Gordon Brown a annoncé dimanche 6 septembre qu'il allait mobiliser une équipe au sein du ministère des affaires étrangères pour aider les familles de victimes de l'IRA.

C'est un changement de position radical du gouvernement britannique sur le sujet et il n'est pas sans lien avec la controverse qui a suivi la libération pour raisons médicales de Abdelbaset Ali Mohamed Al-Megrahi, le Libyen condamné pour l'attentat de Lockerbie, L'explosion d'un Boeing 747 de la compagnie américaine Pan Am au-dessus de Lockerbie, en Ecosse le 21 décembre 1988 avait fait 270 morts dans l'appareil et 11 victimes au sol.

Seïf Al-Islam Kadhafi a déclaré à plusieurs reprises au cours des dernières semaines que la libération d'Al-Megrahi était au coeur de contrats commerciaux conclus avec la Grande-Bretagne. Cela ne l'a pas empêché dimanche 6 septembre sur Sky News de condamner l'opposition conservatrice qui a beaucoup critiqué le gouvernement Brown et de la juger «dégoûtante et immorale» pour utiliser l'affaire Megrahi à des fins politiques. «Ils essayent d'utiliser une tragédie humaine pour des raisons seulement politiques».

Répondant à une question sur l'implication personnelle de Gordon Brown dans la libération d'Al-Megrahi, il a déclaré qu'il «n'y en avait pas». Les négociations ont été «très très techniques».

L'avocat des familles des victimes de l'IRA Jason McCue se dit «optimiste sur la réponse libyenne. Cela signifie (les propos du fils du colonel Kadhafi) qu'ils ont décidé de s'engager dans une négociation avec nous alors qu'avant il n'en était pas question. Nous avons toujours espéré que cette affaire irait devant un tribunal et il va y avoir un processus menant à des indemnités».

[Lire l'article complet sur BBC News]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr


Image de Une: Seïf al-Islam Kadhafi  Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte