Boire & mangerScience & santé

Une pomme par jour n’éloigne pas le médecin

Repéré par Lucie de la Héronnière, mis à jour le 31.03.2015 à 15 h 35

Repéré sur JAMA Internal Medicine, Reuters, USA Today, Time

Mais pourrait tenir à distance le pharmacien.

apple/ www.tOrange.biz Valdemar Fishmen via Flickr CCLicence By

apple/ www.tOrange.biz Valdemar Fishmen via Flickr CCLicence By

«An apple a day keeps the doctor away» («Une pomme par jour éloigne le médecin»), dit le proverbe. Des chercheurs de l’Université du Michigan ont voulu vérifier si le vieux dicton, pris au pied de la lettre, pouvait être vrai. L’étude, publiée dans JAMA Internal Medicine, a été réalisée pour le numéro de tout début avril… Pour s'amuser et avec espièglerie, raconte le chercheur principal, Matthew Davis, à USA Today, mais avec des méthodes scientifiques tout à fait rigoureuses.

Comme l’explique Reuters, l’équipe a comparé les mangeurs de pommes et les non-mangeurs de pommes, en utilisant les données de 8.399 adultes américains ayant participé entre 2007 et 2010 à une grande enquête nationale sur la nutrition et la santé. Seulement 753 personnes, soit 9%, mangeaient au moins une petite pomme par jour (un verre de jus de pomme ou une part de tarte aux pommes n’étant alors pas considérés comme la pomme quotidienne).

Les chercheurs ont trouvé certains liens avec d’autres éléments de l’enquête, par exemple, «les mangeurs de pommes étaient moins susceptibles de fumer». Ensuite, concernant les visites chez le médecin, Reuters explique:

«A première vue, les mangeurs de pommes semblaient plus susceptibles de tenir le médecin éloigné, avec moins de visites auto-déclarées aux professionnels de santé. Mais la différence n’était pas statistiquement significative après ajustement avec les facteurs socio-économiques et d’autres caractéristiques de la santé des personnes.»

Donc, la pomme quotidienne n’éloignerait pas le médecin… Mais peut-être le pharmacien. Car, selon les données des personnes étudiées, après ajustement avec les différents facteurs, les mangeurs de pommes ont en revanche eu légèrement moins d’ordonnances pour des médicaments.

Evidemment, tout cela ne veut pas dire qu’une pomme quotidienne n’est pas bonne pour votre corps.

Selon USA Today, «dans tous les cas, Matthew Davis dit que rien dans l’étude ne suggère que manger des pommes n’est pas une habitude saine». Entre autres parce que les gens qui vont chez le médecin moins souvent ne sont pas forcément ceux qui sont en meilleure santé… Et puis les limites de l’étude sont mises en évidence: fondée sur l’auto-déclaration, elle explore seulement un lien entre consommation de pomme et usage des services de santé, mais pas la relation de cause à effet.

Michael Roizen, de la Clinique de Cleveland, explique à Reuters:

«Il est possible que les gens qui mangent des pommes aient des habitudes plus saines que les gens qui ne le font pas, mais il y a en effet certains bénéfices de santé associés aux pommes. (…) Les pommes sont une excellente source de fibres et sont faibles en calories, ce qui signifie qu’elles satisferont votre faim et vous laisseront rassasié pendant plus longtemps.»

La pomme pourrait aussi prévenir les risques cardiovasculaires, le diabète ou l’obésité. Mais il est aussi bon de varier les fruits que l’on consomme… Samantha Heller, nutritionniste, souligne que même si la pomme est évidemment bonne pour la santé, ce n’est pas un aliment miracle:

«Il est peu probable que la consommation quotidienne d’une pomme annule les effets néfastes du “régime occidental”, riche en viande rouge et transformée, en malbouffe, en fast-food, et pauvre en végétaux.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte