France

En une semaine, le FN a remporté deux fois plus de cantons que dans toute son histoire

Grégor Brandy, mis à jour le 30.03.2015 à 7 h 22

De 1972 à 2014, le parti frontiste a remporté 39 élections au scrutin majoritaire, dont 17 cantonales. Il en aura conquis 31 sur ce seul cru 2015.

Marine Le Pen prend une photo après avoir voté à Hénin-Beaumont le 22 mars 2015. REUTERS/Gonzalo Fuentes.

Marine Le Pen prend une photo après avoir voté à Hénin-Beaumont le 22 mars 2015. REUTERS/Gonzalo Fuentes.

S'il n'a pas, sur le plan comptable, réalisé tous ses espoirs au second tour des élections départementales, le Front national comptera 62 élus dans les futurs exécutifs, avec 31 cantons remportés.

Au premier tour, le parti de Marine Le Pen en avait déjà remporté quatre: Fréjus (Var), Vic-sur-Aisne (Aisne), Le Pontet (Vaucluse) et Eurville-Bienville (Haute-Marne). Parmi les 27 cantons remportés au second tour, on peut noter que le Front national a pris ceux de Béziers-1, de Béziers-2 et Béziers-3, ainsi que ceux de Beaucaire, de Cogolin, ou de Villers-Côtteret (Aisne), dont il avait gagné les mairies en mars dernier, et largement remporté les deux cantons d'Hénin-Beaumont, dont il avait remporté la mairie au premier tour.

Si, au total, le chiffre de 31 cantons (sur 2.054) semble faible (cela représente 1,5%), il faut le remettre dans son contexte. Depuis sa création jusqu'à 2014, le FN avait remporté 39 élections au scrutin majoritaire (les régionales ont elles lieu à la proportionnelle, de même que les législatives de 1986 et une partie des sénatoriales), ce mode de scrutin qui nécessite d'obtenir plus de voix que son ou ses adversaires au second tour, tâche notoirement difficile pour le parti frontiste.

– 17 cantonales: Marseille-Notre-Dame-du-Mont (1985), Canisy (1988), Salon-de-Provence (1989), Marseille-Notre-Dame-du-Mont (1991), Nice-14 (1992), Canisy, Dreux-Ouest, Toulon-6 (1994), Mulhouse-Nord (1997), Marignane, Toulon-5, Noyon (1998), Orange-Ouest (2002), Orange-Est (2004), Brignoles, Carpentras-Nord (2011), Brignoles (2013).

– 5 circonscriptions législatives: Yann Piat dans le Var (1988), Marie-France Stirbois dans l'Eure-et-Loir (1989), Jean-Marie Le Chevallier dans le Var (1997), Marion-Maréchal Le Pen dans le Var, Gilbert Collard dans le Gard (2012). Les trois premiers cités l'avaient emporté en duel avec plus de 50% des voix, les deux derniers dans des triangulaires.

– 17 mairies: Saint-Gilles (1989), Toulon, Orange, Marignane (1995), Vitrolles (1997), Hénin-Beaumont, Béziers, Marseille (7e secteur), Hayange, Fréjus, Beaucaire, Villers-Cotterêts, Cogolin, Le Pontet, Le Luc, Mantes-la-Ville, Camaret (2014).

En l'espace d'une semaine, la formation de Marine Le Pen a donc réussi à remporter quasiment l'équivalent de ce total accumulé en quarante ans.

Quelques mauvaises notes cependant pour le parti d'extrême-droite: il ne réussit à remporter aucun département et son seul conseiller général sortant, Laurent Lopez à Brignoles (Var), a été battu. 

A Mantes-la-Ville (Yvelines) et Hayange (Moselle), où le FN avait pourtant remporté les élections muncipales l'année dernière, le parti n'a pas réussi à rééditer ces performances face à l'UMP et au PS.

 

Grégor Brandy
Grégor Brandy (439 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte