Le corbeau qui envoie des cartouches aux politiques toujours introuvable

Slate.fr, mis à jour le 06.09.2009 à 13 h 59

Les onze personnes interpellées le 2 septembre dans le cadre de l'enquête sur les courriers anonymes accompagnés de munitions envoyés depuis plusieurs mois à des élus et des personnalités politiques ont toutes été remises en liberté, a-t-on appris dimanche 6 septembre.

La dernière personne interrogée samedi par les policiers, Pierre Blondeau, 56 ans, militant communiste, est un buraliste de Saint-Pons-de Thomières, ancien parachutiste, qui avait déjà été entendu en août. Ces onze personnes avaient été interpellées jeudi dans l'Hérault et le Tarn. Des armes de chasse, des munitions et du matériel informatique avaient notamment été saisis. Agés d'une quarantaine et d'une cinquantaine d'années, ces derniers résident à Béziers, Saint-Pons-de-Thomières, Saint-Chinian, Riols, Prémian (Hérault) et Rouairoux (Tarn).

La plupart des gardés à vue ont comme point commun de se battre au quotidien contre des problèmes locaux, en particulier contre l’implantation d’une grosse décharge Sita-Suez en 2003, et contre des projets éoliens aujourd’hui.

Le 4 août la dernière lettre de menaces de la série accompagnée d'une cartouche de calibre 375 Magnum, une munition de chasse au gros gibier, et adressée à M. Sarkozy, avait été interceptée à Béziers (Hérault). Le président de la République a déjà été destinataire d'au moins deux courriers de même nature au début de l'année.

Au total, plus d'une dizaine de personnalités politiques, notamment plusieurs élus et ministres UMP, ont reçu à partir depuis le début de l'année une lettre les menaçant de mort, accompagné d'une balle de calibre 38 ou de calibre 44. Le texte était signé «Les 1000 combattants» et «Cellule 34». Tous les courriers ont été postés dans l'Hérault.

Parmi les destinataires de ces lettres figurent notamment Michèle Alliot-Marie, Rachida Dati et Christine Albanel, à l'époque respectivement ministres de l'Intérieur, de la Justice et de la Culture, mais aussi la dirigeante socialiste Ségolène Royal, le président du Mouvement pour la France Philippe de Villiers, le sénateur-maire UMP de La Canourgue (Lozère) Jacques Blanc, le sénateur-maire UMP de Béziers Raymond Couderc, le maire de Bordeaux Alain Juppé et le député UMP du Nord, Christian Vanneste, et le PDG de TF1 Nonce Paolini.

[Lire l'article complet sur Libération]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Cartouches  Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9124 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte