Culture

Jack aurait dû mourir dans le premier épisode de «Lost»

Temps de lecture : 2 min

 Lostpedia / ABC
Lostpedia / ABC

«Vous ne pouvez pas tuer le mec blanc.»

Dans un très long article publié sur son site, et repéré par Vulture, un scénariste de Lost, Javier Grillo-Marxuach revient sur les années passées à écrire l'une des séries les plus marquantes des années 2000. Et au milieu de toutes les anecdotes, il annonce que dans la première version du script, en février 2004, Jack Shephard (Matthew Fox), l'un des personnages principaux, devait mourir à la fin du premier épisode, tué par le monstre de fumée.

«A l'époque, la rumeur parmi les scénaristes, c'était que JJ avait contacté Michael Keaton qui avait –en principe au moins– accepté d'apparaître dans le pilote, et même fait croire à la presse qu'il allait être un personnage récurrent, tout ça pour être tué après quinze minutes.»

Javier Grillo-Marxuach, lui, n'était pas tout à fait sûr que ça allait marcher:

«Ma remarque la plus notable était que tuer le seul personnage blanc doté d'aptitudes susceptibles de servir à générer plusieurs histoires –Jack était médecin– n'allait pas plaire à la chaîne.

En réalité, ma réponse était beaucoup moins politiquement correcte que ça. Ce que j'ai vraiment dit, c'était: "Vous ne pouvez pas tuer le mec blanc."».

Pourtant JJ Abrams et Damon Lindelof ont bien proposé l'idée. Mais comme le résume Javier Grillo Marxuach, «la triste réalité des séries diffusées sur les networks en 2004 est qu'elles avaient besoin de personnages principaux facilement identifiables avec des aptitudes qui montraient naturellement leur leadership et leur héroïsme: et la plupart du temps, c'était un beau mec blanc avec un diplôme en criminologie, en droit ou en médecine... et qui trainait derrière lui une histoire tragique complètement absurde».

D'autant plus qu'il était difficile de vendre à un network une série où l'on ne verrait alors qu'«un homme un peu âgé, frustré, et avec des délires de grandeur (Locke), un Mexicain en surpoids (Hurley/Hugo), un ancien tortionnaire irakien (Sayid), un escroc sudiste dont les compétences sont un peu inutiles dans la nature (Sawyer), un couple asiatique qui ne parle pas anglais (Sun et Jin), ou un personnage qui allait être joué par une actrice dont le plus grand rôle jusque-là était une pub pour un service de téléphone rose à Vancouver (Kate).»

Alors quand ils sont revenus de leur entretien avec ABC (qui allait diffuser la série), les deux créateurs de la série ont expliqué:

«On ne peut pas tuer le mec blanc.»

Newsletters

Le Voyage à Nantes ou l’art de franchir la ligne verte

Le Voyage à Nantes ou l’art de franchir la ligne verte

Plus de dix ans déjà que l’événement bouscule et bat en brèche les préjugés au gré d’expériences toujours plus surprenantes. Curiosité exigée!

Le meurtre de Jam Master Jay pourrait bien en cacher un autre

Le meurtre de Jam Master Jay pourrait bien en cacher un autre

En 2002, l'assassinat du DJ du groupe de hip-hop Run-DMC fut le point de départ d'une sinueuse affaire. Celle-ci semble aujourd'hui toucher à sa fin, et son issue pourrait coïncider avec l'élucidation d'un autre mystère plus ancien encore.

La faim, autant un moteur qu'une arme

La faim, autant un moteur qu'une arme

Crever la dalle, mourir d'inanition, avoir l'estomac dans les talons, claquer du bec: la sensation de faim, universelle et à la source de tant de passions humaines, est en passe de devenir une arme géopolitique entre les mains de la Russie.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio