LGBTQ

Vous voulez savoir ce que c'est qu'un «pull de pédé»? C'est ça, et pas un truc qui «fait efféminé»

Repéré par Claire Levenson, mis à jour le 25.03.2015 à 9 h 51

Repéré sur Toronto Star

Dans les écoles canadiennes et américaines, le mot «gay» est très souvent utilisé de manière péjorative. Parfois, il s'agit de se moquer d'une personne ou d'un objet qui est jugé «efféminé», mais le mot est aussi utilisé de façon plus large: «c'est gay» (that's so gay) est parfois synonyme de «ça craint» ou «c'est nul». En France, l'équivalent est l'utilisation de «pédé» ou «tapette» comme insultes, encore très employées dans les cours de récréation

Après avoir entendu pour la énième fois des jeunes se moquer d'une tenue en disant «regarde comme c'est gay», Jeremy Dias, le directeur d'une association de lutte contre l'homophobie au Canada, a eu l'idée de créer un habit vraiment gay: un pull tricoté avec les cheveux d'une centaine de Canadiens LGBT, rapporte le Toronto Star.

En version française, on pourrait dire qu'il a créé un pull de pédé, pas parce que c'est un pull qui fait «efféminé», mais parce que c'est littéralement un pull dont la matière première est des cheveux d'homosexuels.

Avec ce pull absurde, Jeremy Dias veut montrer qu'il est absurde de tout décrire comme «gay», et veut faire réfléchir les gens à la façon dont ils utilisent certains mots.

Pour la création de ce pull 100% gay (comme l'indique son étiquette), des centaines de Canadiens homosexuels ont envoyé leurs cheveux à l'association, et deux tricoteuses ont passé plusieurs mois à créer le gilet, qui est plutôt laid et peu agréable au toucher.

Après un passage à Toronto pour la Fashion Week, le pull gay voyagera à travers le pays, et sera montré dans les rues, les écoles et les musées.

cheveuxtricotLGBTTorontogay
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte