Allemagne

Les Verts allemands veulent une armée européenne

Repéré par Annabelle Georgen, mis à jour le 25.03.2015 à 7 h 37

Repéré sur Süddeutsche Zeitung, FAZ, Tobias Lindner

Des soldats allemands à Marienberg, le 10 mars 2015. REUTERS/Fabrizio Bensch

Des soldats allemands à Marienberg, le 10 mars 2015. REUTERS/Fabrizio Bensch

Venant d'un parti historiquement antimilitariste, la proposition peut paraître étrange. D'autant plus que jusqu'à présent, les Verts allemands se sont fermement opposés au souhait émis par le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker de créer une armée européenne qui pourrait faire face aux troupes russes dans le conflit ukrainien, comme le rappelle le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Mais en soutenant l'idée d'une armée commune aux Etats membres de l'Union européenne, les deux députés écolologistes Cem Özdemir et Tobias Lindner, respectivement co-président du parti Alliance 90/Les Verts et expert sur les questions liées à la Défense, veulent non pas renforcer les effectifs militaires sur le sol européen mais «réduire au minimum le potentiel militaire de l'UE», indique le quotidien bavarois Süddeutsche Zeitung.

Dans un document commun intitulé «Zum Frieden vereint» («Unis pour la paix»), les deux députés écolologistes avancent qu'en 2012, la somme de tous les budgets alloués à la Défense par les Etats membres de l'UE s'élevait à 190 milliards d'euros, soit plus de trois fois le budget militaire de la Russie, doté lui de 62 milliards d'euros. Un budget colossal qui n'empêche pourtant pas certaines armées nationales, à l'instar de la Bundeswehr, d'avoir du matériel et des équipements militaires en mauvais état, voire obsolètes. Cem Özdemir et Tobias Lindner écrivent:

«L'Europe peut atteindre de plus grands objectifs si elle se rassemble au lieu de faire de la Kleinstaaterei en matière de politique de sécurité.»

En se ralliant à l'idée d'une armée commune, les deux députés écologistes posent plusieurs conditions, comme celle de démilitariser les Etats membres:

«La construction d'une armée européenne commune doit s'accompagner d'une réduction des effectifs et –au stade terminal– d'une suppression des forces de combat nationales.»

Une armée européenne ne devrait pas être une structure parallèle aux Nations unies et aux armées nationales, estiment Cem Özdemir et Tobias Lindner, qui, avec ce projet, veulent empêcher à terme les Etats membres de l'UE de s'engager seuls dans des conflits armés.

Autre condition posée par les députés Verts: de la même manière que l'armée allemande est soumise au contrôle du Bundestag, cette armée européenne devrait être soumise au contrôle du Parlement européen.

Le plaidoyer des deux députés est loin de faire l'unanimité au sein du parti écologiste allemand.

Interrogé par la Süddeutsche Zeitung, Frithjof Schmidt, l'expert chargé des questions liées aux relations internationales au sein de la fraction des Verts au Bundestag, a par exemple estimé qu'«en ces temps où l'intégration européenne est dans l'impasse en matière de politique financière et sociale, une intégration militaire ne pourrait pas aider», comme le rapporte le quotidien au discours indirect libre.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte