France

Elections départementales: qui a voté quoi? (et qui n'a pas voté?)

Vincent Manilève, mis à jour le 22.03.2015 à 23 h 21

Le FN confirme son ancrage chez les jeunes, les sans-diplômes et les CSP les plus modestes. En revanche, l'électorat de l'UMP s'avère légèrement plus fidèle que le sien par rapport aux européennes.

Un bureau de vote à Saint-Sébastien-sur-Loire, près de Nantes, le 22 mars 2015. REUTERS/Stéphane Mahé.

Un bureau de vote à Saint-Sébastien-sur-Loire, près de Nantes, le 22 mars 2015. REUTERS/Stéphane Mahé.

Comme à chaque élection, les sondages dits «sortie des urnes» viennent alimenter les médias très rapidement après la fermeture des derniers bureaux de vote. Mais plus que les scores de chaque candidat, ces sondages permettent de mieux identifier le profil des électeurs, notamment des partisans du Front national.

En ce qui concerne le premier tour des départementales, l’institut de sondage Ipsos note que le profil sociologique des abstentionnistes «reste classique»: l'abstention concerne d’abord les jeunes (64% chez les moins de 35 ans), les ouvriers (64%), les bas revenus (55%) et les moins diplômés (53%). Selon Ipsos, «le FN capte 42% du vote des ouvriers, 34% du vote des employés et près de 30% des électeurs peu diplômés ou plus modestes». On peut donc noter que le profil des abstentionnistes est proche de celui des électeurs du Front national. Ipsos note également que le parti frontiste commence à réaliser des scores non négligeables chez les cadres (15%) et les professions intermédiaires (16%), professions normalement plus enclines à voter pour les partis de gouvernement.

En termes d'âge, le FN dépasse son score national chez trois des quatre catégories de la population: les moins de 35 ans, les 35-44 ans et les 44-59 ans. Il ne tombe au-dessous de sa moyenne nationale que chez les plus de 60 ans (18%). Une catégorie de la population où la droite classique est en revanche très nettement majoritaire (45%) alors que le total des voix de gauche y chute à 33%.

En termes de niveau de diplôme, le FN est au coude-à-coude avec la gauche chez les titulaires du baccalauréat ou d'un diplôme inférieur, avec un score oscillant autour de 30%.

Enfin, en termes de votes successifs, l'UMP est celui qui parvient le mieux à fidéliser son électorat, légèrement devant le FN. 80% des électeurs de Nicolas Sarkozy en 2012 ont voté pour les listes de l'opposition et 80% des électeurs de Marine Le Pen pour le FN, avec à chaque fois 13% des électeurs qui sont passés dans l'autre camp. Par rapport au vote des européennes de 2014, 92% des électeurs de l'UMP ont opté pour le même choix, contre 78% des électeurs du FN.

Vincent Manilève
Vincent Manilève (353 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte