Prison à vie pour un soldat américain auteur de meurtres et d'un viol en Irak

Slate.fr, mis à jour le 05.09.2009 à 12 h 34

Steven Green, ancien soldat américain de 24 ans, a été condamné vendredi 4 septembre aux Etats-Unis à la prison à vie pour le meurtre dans des conditions atroces d'une famille irakienne qui avait suscité une intense émotion en 2006. L'affaire avait provoqué aussi une recrudescence des attaques contre l'armée américaine en Irak.

Un juge fédéral du Kentucky l'a condamné à cinq peines de prison à vie consécutives sans aucune possibilité de libération conditionnelle. Il a évoqué un crime «inimaginable, injustifié et inexcusable».

L'ancien soldat avait été reconnu coupable en mai de 17 chefs d'accusation qui pesaient contre lui, dont viol, meurtre et obstruction à la justice. Il a mené une équipée sanglante à 30 kilomètres au sud de Bagdad dans la ville de Mahmoudiyah en mars 2006.

Après le verdict de culpabilité, un autre jury selon la loi américaine doit déterminer la sentence. Il n'est pas parvenu à l'unanimité à le condamner à la peine capitale.

Tandis que trois autres soldats américains violaient tour à tour une jeune fille de 14 ans, M. Green avait emmené ses parents et sa soeur de six ans dans une chambre voisine où ils les avait abattus. Il avait ensuite violé à son tour l'adolescente, Abeer al-Janabi, et l'avait tuée.

Les soldats, qui s'étaient déguisés afin d'approcher sans difficulté la maison de la jeune fille qu'ils avaient repéré peu avant, avaient ensuite mis le feu à la maison et aux corps.

Steven D. Green, qui a été jugé par un tribunal civil après avoir été renvoyé de l'armée pour «troubles de la personnalité» a reconnu avoir commis des actes «vraiment destructeurs et mauvais» et a ajouté: «vous pouvez décider que je suis un psychopathe ou un prédateur sexuel mais si je n'étais jamais allé en Irak, je n'aurais jamais été rattrapé par ce genre de chose».

Pour le procureur Marisa Ford, le contexte de la guerre en Irak ne pouvait en aucun cas servir d'excuse à l'expédition meurtrière.

L'avocat de M. Green, Scott Wendelsdorf, avait plaidé la clémence en invoquant le traumatisme de la guerre qui avait «brisé» l'ancien soldat. Reconnu victime de stress post-traumatique trois mois avant le crime, il avait plusieurs fois dit à un officier qu'il voulait «tuer tous les Irakiens».

Trois autres soldats ont déjà été condamnés par une cour martiale à la prison à vie dans la même affaire et un quatrième, qui montait la garde, à 27 mois de prison.

[Lire l'article complet sur BBC News]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr


Image de une: Steven Green Reuters

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
crimeEtats-UnisIrakjusticesoldats
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte