Monde / France

Les Américains n'ont jamais autant aimé la France depuis vingt-cinq ans

Temps de lecture : 2 min

Anne Hidalgo, John Kerry et James Taylor, le 16 janvier 2015 à Paris. REUTERS/Rick Wilking.
Anne Hidalgo, John Kerry et James Taylor, le 16 janvier 2015 à Paris. REUTERS/Rick Wilking.

L'information est passée quelque peu inaperçue mais est intéressante dans le contexte post-Charlie Hebdo: selon un sondage de l'institut Gallup publié le 13 mars, les Américains n'ont jamais autant aimé la France ces vingt-cinq dernières années.

Les personnes interrogées pour cette enquête ont répondu à 24% qu'elles avaient une très bonne opinion de la France, à 58% qu'elles avaient une assez bonne opinion, à 9% qu'elles avaient une plutôt mauvaise opinion et à 3% qu'elles avaient une très mauvaise opinion. En termes d'opinions favorables, la France arrive troisième derrière le Canada (92%) et le Royaume-Uni (90%).

sondage

Il s'agit du meilleur score (même s'il faut l'analyser avec une marge d'erreur de plus ou moins 4 points) obtenu par la France dans ce genre d'enquête depuis 1991, souligne Gallup:

«À la suite des attentats terroristes de janvier, le secrétaire d'Etat John Kerry était venu avec le musicien James Taylor à Paris chanter You've Got a Friend aux Français, le signe le plus sûr de l'état solide des relations franco-américaines. La vision de leur plus ancien allié par les Américains est en amélioration continue depuis le coup de froid entre les deux pays en 2003 au sujet de l'invasion de l'Irak, quand seulement 34% des sondés notaient favorablement la France.»

Newsletters

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

La médecine cubaine est aujourd'hui appelée à la fois à protéger la population de l'île face au Covid-19 et à aider divers pays étrangers, dont l'Italie et la France.

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Newsletters