France

[EN DIRECT] Elections départementales: la droite sort en tête, le FN moins haut qu'annoncé

Slate.fr, mis à jour le 23.03.2015 à 1 h 52

Les blocs de droite et de gauche recueilleraient sensiblement le même score, autour de 37%, mais avec des divisions bien plus marquées à gauche. Le FN consolide son score des européennes, avec 25% environ.

REUTERS/Stéphane Mahé.

REUTERS/Stéphane Mahé.

– 43 millions d'électeurs étaient appelés aux urnes pour élire 4.108 conseillers départementaux.

– Le bloc de droite sort en tête du scrutin, devant un bloc de gauche légèrement distancé mais bien plus divisé, et un FN moins haut qu'annoncé mais qui consolide son score des européennes.

– Le scrutin est marqué par de nombreuses nouveautés: nouveau découpage des cantons, renouvellement intégral de tous les conseils généraux, parité homme-femme totale.

Cet article est régulièrement mis à jour, n'oubliez pas de rafraîchir votre page.

1h30 Selon des résultats quasi-définitifs publiés par le ministère de l'Intérieur en fin de soirée, la droite et le centre arriveraient en tête du premier tour avec 36,5% à 37% des voix, tandis que le bloc de gauche recueillerait le même total, mais serait éliminé dans de nombreux cantons du fait de ses divisions. Le FN recueillerait un peu plus de 25%.

23h40 Jeunes, ouvriers, diplômés du bac, électeurs de Sarkozy en 2012: qui a voté quoi? La réponse avec un sondage Ipsos.

22h35 La présentation des résultats chiffrés de la soirée a été assez confuse, pouvant laisser croire, selon les sources, que le FN est le premier ou le deuxième parti de France. En réalité, une lecture politique des résultats montre que ce n'est pas le cas.

21h45 Comment évaluer le résultat du FN en exprimés, inscrits, voix et sièges? Voici un petit guide.

21h15 Trois ministres étaient candidats au premier tour: Patrick Kanner, Ségolène Neuville et André Vallini sortent en tête dans leur canton, avec de bonnes chances de l'emporter dimanche prochain.

20h30 Les trois principaux ténors ont déjà réagi. Nicolas Sarkozy a estimé que «ce premier tour montre la profonde aspiration des Français à un changement clair qui commence par les départements» et que «l'alternance est en marche, rien ne l'arrêtera». Marine Le Pen s'est félicité du résultat de son parti, estimant qu'il dépassait celui des européennes.

Quant à Manuel Valls, il a appelé «tous les républicains à faire barrage à l'extrême droite au second tour».

20h Selon les premières estimations de l'institut CSA, l'UMP et l'UDI arriveraient en tête du premier tour des départementales avec 31% des voix environ, auxquels on peut ajouter 6,6% pour les divers droite. Le FN obtient 24,5% des voix. Le PS obtient 20%, auxquels viennent s'ajouter, pour le reste de la gauche, environ 10% pour le Front de gauche et ses alliés et 8% pour les autres listes de gauche. L'institut Ipsos donne lui l'ensemble du bloc de gauche à 36%, le bloc de droite et du centre 38% et le FN 23,5%. L'Ifop donne le bloc de droite à 37%, le bloc de gauche à 35% et le FN à 26%.

18h45 Avec une abstention moins importante que prévu, mais encore forte, on risque d'entendre encore ce soir le refrain de «l'abstention premier parti de France». Voici pourquoi c'est faux.

17h15 Les premières estimations de la participation viennent de tomber. Selon Ipsos et Harris Interactive, elle atteindrait 50,5% des inscrits. Ifop et CSA l'évaluent même à 51,5%.

17h Selon le ministère de l'Intérieur, la participation a atteint 42,98% à 17h, en hausse de 6,6 points par rapport à 2011. Cela signifie qu'elle pourrait atteindre les 50% au final. Rappelons que, dans un canton où la participation dépasse 50%, une liste arrivée troisième avec 25% des voix dépasserait les 12,5% des inscrits et pourrait se maintenir. Autour de 40% de participation, en revanche, une triangulaire est impossible.

16h05 Depuis plusieurs jours, une proposition de loi bipartisane sur le statut de l'élu, qui améliore l'indemnisation des élus locaux au chômage après leur mandat, fait l'objet de nombreuses intox et caricatures sur le mode «les parlementaires ont doublé leur indemnité de fin de mandat»: lire notre décryptage ici.

15h15 Pour ceux qui ne le savent pas encore, on ne vote pas aujourd'hui à Paris. Un fait que ne manquent pas de nous rappeler avec humour quelques éminents twittos.

Reste à savoir si, parmi tous les tweets de ce style (on vous conseille une recherche du type «bureau vote fermé») ne se sont pas glissés quelques messages premier degré de gens qui se sont vraiment cassés le nez sur la porte de leur bureau de vote...

15h Le FN a annoncé, par la voix de son vice-président Wallerand de Saint-Just, le dépôt d'une plainte contre SOS Racisme pour «manœuvre frauduleuse pour détourner des suffrages». En cause, un tweet de l'association antiraciste où celle-ci enjoint les électeurs frontistes à marquer d'une croix le candidat qu'ils préfèrent au sein du binôme –ce qui rendrait le bulletin nul.

14h35 Le Parisien souligne que le taux de participation le plus faible observé à 12h se situait en Seine-Saint-Denis (9,44%), habituelle lanterne rouge de la participation en France. Un département qui fait partie de ceux que la droite espère faire basculer.

13h30 À l'occasion de leur déplacement au bureau de vote, François Hollande comme Manuel Valls ont tenu le même message en appelant à la mobilisation contre l'abstention. «Aujourd'hui, il n'y a qu'un seul message: c'est voter», a déclaré le Premier ministre depuis Evry, tandis que le chef de l'Etat, à Tulle, a expliqué qu'«aujourd'hui, la question c'est l'abstention», avant, nuance de taille, de mentionner aussi «le score du Front national».

12h Selon le ministère de l'Intérieur, la participation à midi était de 18,02%. Elle était de 15,7% en 2011, année où la participation finale était de 44,32% (mais où seulement la moitié des cantons étaient renouvelables).

Elle est également de 2 à 4 points plus importante que celle des européennes 2004, 2009 et 2014, élections championnes en matière d'abstention. De quoi annoncer une participation autour des 50% ce soir?

11h15 François Hollande a voté dimanche matin à Tulle, dont il a été le conseiller général.

Comme nous l'expliquions l'an dernier, le fait pour un président de la République de voter dans son ancien fief ou dans la commune où il a une résidence secondaire est une constante sous la Ve République, à une exception: Nicolas Sarkozy, qui avait voté à Paris durant son quinquennat (et ne votait donc pas aux cantonales).

11h Dans une heure, le ministère de l'Intérieur publiera le taux de participation à midi. Un taux qu'il ne sera pas possible de comparer à ceux des élections départementales précédentes, puisque celles-ci ne voyaient que la moitié des cantons être renouvelés. Les sondeurs prévoient une abstention supérieure à 55%, c'est à dire dans les eaux de celle des scrutins européens de 2004, 2009 et 2014 (pour lesquels toute la France votait, Paris, Lyon et l'ensemble des territoires d'Outre-mer inclus): ces années-là, la participation à midi oscillait entre 13,65% et 15,70%.

10h45 Il existe des articles de la presse étrangère sur ces élections départementales qui ne sont pas titrés sur le Front national. «Dans les élections locales françaises, 50% des élus seront des élues», titre le site américain Quartz, qui parle d'un «exemple extraordinaire d'égalité» et d'un scrutin qui «pourrait très bien servir d'exemple à d'autres pays en ce qui concerne la représentation des femmes aux postes de pouvoir».

Les ambitions des trois principaux partis

10h25 Le Journal du dimanche consacre trois articles au PS, à l'UMP et au FN pour ce premier tour de scrutin. Marine Le Pen vise la première place du scrutin, qui permettrait à son parti d'espérer se maintenir dans un canton sur deux. Pour l'UMP, Nicolas Sarkozy compte officiellement faire basculer 20 départements, ce qui permettrait à l'UMP de récupérer la majorité des conseils départementaux, mais rêve en réalité de 30 à 40 bascules. Enfin, la majorité actuelle n'a d'autre objectif que limiter la casse et de faire que le 29 mars ne soit pas, selon un responsable socialiste anonyme, «la préparation de l'élimination du premier tour de la présidentielle».

10h C'est un bon symbole du côté repoussoir de l'étiquette PS dans ce scrutin: à Tulle, dans l'ancien canton de François Hollande, le binôme de candidats socialistes n'affiche pas le logo du parti sur son affiche. Bernard Combes est un proche du chef de l'Etat, et son conseiller chargé des relations techniques avec les élus.

8h30 Pour rappel, voici à quoi ressemble la carte actuelle des conseils départementaux (carte OpinionWay), avec 61 départements sur 101 pour la gauche.

8h20 Quelques articles de Slate à lire sur le scrutin:

– la réponse à toutes les questions que vous vous posez sur le scrutin et aussi la description de ses bizarreries

– quelques enjeux: l'abstention, la parité absolue femme-homme, le côté tremplin du mandat de conseiller départemental

– l'évolution politique des départements français résumée en cinq cartes

– nos éclairages sur les situations locales, dans le Tarn, dans les Bouches-du-Rhône et plus précisément à Aubagne.

– la campagne du FN: les dérapages de ses candidats, le récit de sa première victoire cantonale en 1985, ses rêves de majorité dans un conseil départemental et de victoire en 2017.

Le scrutin est ouvert en métropole

8h00 Les bureaux de vote viennent d'ouvrir en métropole. Ils fermeront entre 18h et 20h selon les villes. La première estimation de la participation est attendue pour 18h, les premières tendances de résultats pour 20h.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte