Allemagne

L'«islamisation de l'Occident», c'est pour aujourd'hui, plaisante un journal allemand à propos de l'éclipse

Repéré par Annabelle Georgen, mis à jour le 20.03.2015 à 11 h 16

Repéré sur Die Tageszeitung, n-tv, Bild

Détail de Die Tageszeitung

Détail de Die Tageszeitung

Vous n'avez réussi à vous procurer de lunettes spéciales pour observer l'éclipse solaire partielle ce vendredi matin? Quel dommage, vous avez raté un événement historique en Europe, un point de non-retour, l'avènement d'un nouvel ordre mondial: l'«islamisation de l'Occident», telle que la prédit depuis des mois aux masses incrédules le mouvement allemand anti-islam Pegida –en 1999, lors de la dernière éclipse solaire totale visible depuis l'Europe, le prophète s'appelait Paco Rabanne et il prédisait la fin du monde et la chute de la station Mir dans le département du Gers. Les temps ont bien changé.

Pour le quotidien de gauche Die Tageszeitung, jamais avare d'une bonne blague, ça ne fait pas de doute: le soleil va se transformer en croissant de lune musulman, comme il le montre sur sa une sur laquelle s'étale un ciel sombre et inquiétant, au milieu duquel un volatile (un aigle, le symbole de l'Allemagne –et du nationalisme décomplexé des citoyens en colère qui défilent tous les lundi soir en Allemagne?) prend la fuite à tire-d'aile. «Ça y est: l'islamisation de l'Occident», tire Die Tageszeitung. La suite est si drôle que nous la traduisons aussi:

«PANIQUE Pegida avait finalement raison. Elle arrive, on ne peut plus l'empêcher. Aujourd'hui entre 9h26 et 11h59. Nazis, observez-la avec attention –mais sans lunettes!»

Après avoir perdu de l'ampleur au mois de février, alors que le comité organisateur du mouvement était en proie à de vives querelles internes, Pegida gagne à nouveau du terrain depuis quelques semaines dans son fief dresdois. Lundi dernier, plus de 7.000 personnes ont défilé dans les rues de Dresde, rapportait la chaîne de télévision n-tv.

Après avoir été contraint de se retirer au début de l'année après qu'un selfie où il posait grimé en Hitler avait fait surface sur les réseaux sociaux, Lutz Bachmann, cofondateur du mouvement anti-islam, en a repris les rênes fin février à la surprise générale, comme le rapportait le tabloïd Bild. Comment les participants des défilés de Pegida peuvent-il continuer à prétendre qu'ils n'ont rien à voir avec l'extrême droite en acceptant d'avoir pour leader quelqu'un qui s'amuse à se déguiser en dictateur nazi?

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte