Monde

Barack Obama regrette de ne pas avoir fermé immédiatement Guantánamo

Temps de lecture : 2 min

A Guantanamo, en 2004. REUTERS/POOL New.
A Guantanamo, en 2004. REUTERS/POOL New.

C'était l'une des promesses d'Obama avant d'arriver au pouvoir. Après six ans, Guantánamo allait fermer. Sept ans plus tard, le Congrès est passé sous le contrôle des Républicains et la fermeture du camp de prisonniers ne semble toujours pas prévu pour tout de suite. Comme l'explique The Guardian:

«Fermer Guantánamo demanderait la coopération du Congrès, où les Républicains n'ont pas vraiment montré de preuve qu'ils seraient prêts à lever les restrictions actuelles sur le transfert des prisonniers hors de la prison.»

«J'aurais dû fermer Guantánamo dès le premier jour», a regretté Barack Obama, mercredi 18 novembre lors d'un discours à Cleveland, raconte Politico. Le président américain répondait à la question d'un élève de 5e qui lui demandait ce qu'il donnerait comme conseil au Barack Obama de 2008.

En fait, Barack Obama précise que s'il n'a pas immédiatement fermé Guantánamo à l'époque, c'est «parce que nous avions un accord bipartisan sur le fait qu'il fallait le fermer».

Le président américain a fait référence au fait que le sénateur John McCain qu'il affrontait lors de la présidentielle 2008 soutenait également la fermeture du camp de détention. Le Monde racontait ainsi lors du dixième anniversaire de son ouverture que «l'idée d'en finir avec Guantánamo ne dat[ait] pourtant pas de l'élection d'Obama. George W. Bush avait lui-même affiché à la fin de son mandat sa volonté de fermer la prison. Deux candidats à la primaire républicaine en 2008, John McCain et Ron Paul, s'étaient eux aussi prononcés en faveur de sa fermeture».

Mais comme le précise The Guardian, «même McCain a soutenu la législation républicaine qui imposait des restrictions plus dures sur le transfert des prisonniers et une interdiction de les faire entrer aux Etats-Unis pour leur détention ou leur procès».

Politico rappelle que le lendemain de son arrivée à la Maison Blanche, «Obama a signé un ordre exécutif qui était présenté comme une directive pour fermer Guantánamo dans l'année. Mais en fait, cela a créé un groupe de travail chargé de trouver un plan pour fermer le lieu de détention. Le 22 janvier 2010, quand le groupe l'a présenté, le consensus bipartisan s'était dissipé et l'administration Obama avait d'autres priorités».

Pour le président américain, ce qui était le plus simple était «de la laisser ouverte, même si cela ne représente pas ce que nous sommes en tant que pays».

En janvier 2015, il restait encore 122 détenus à Guantánamo.

Newsletters

IVG, port d'armes... Les États-Unis sous le joug d'une minorité tyrannique

IVG, port d'armes... Les États-Unis sous le joug d'une minorité tyrannique

Le système politique américain favorise les conservateurs, même s'ils représentent 41 millions d'habitants de moins que les Démocrates. Une situation qui conduit à des mesures bien éloignées de ce que souhaite la population.

Inflation: le Royaume-Uni à deux doigts de l'explosion sociale

Inflation: le Royaume-Uni à deux doigts de l'explosion sociale

Le pays subit sa plus importante crise sociale et économique depuis les années 1950, du fait d'une inflation record, provoquant la colère des syndicats et de la population.

En Angleterre, des toilettes non mixtes seront désormais obligatoires dans les lieux publics

En Angleterre, des toilettes non mixtes seront désormais obligatoires dans les lieux publics

De nombreuses femmes auraient notamment exprimé dans un rapport leurs inquiétudes concernant leur vie privée à utiliser des toilettes non séparées.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio