Life

Wikipédia va créer une nouvelle oligarchie

Chris Wilson, mis à jour le 06.09.2009 à 17 h 07

La nouvelle politique de révision des textes de l'encyclopédie en ligne ne sonne pourtant pas la fin de son ère démocratique.

Le comité de direction de Wikipedia l'a confirmé la semaine dernière: le «peuple» ne pourra plus modifier directement les profils des personnalités vivantes. Conformément à la nouvelle politique proposée, d'abord présentée par le New York Times, puis précisée par la Wikimedia Foundation, un rédacteur officiel de Wikipedia devra valider les modifications avant qu'elles ne soient visibles en ligne. Beaucoup de médias voient ce changement de fonctionnement comme une rupture du système sacré qui permettait jusqu'ici à TOUT LE MONDE de modifier les contenus de l'encyclopédie. Le magazine économique Fast Company explique que Wikipedia est devenue adulte. Un commentateur de Slashdot a même comparé cette mesure à la décision de «Lénine d'abolir les élections libres».

D'autres analystes, plus pondérés, ont qualifié cette nouvelle démarche de révision relativement mineure des mécanismes de protection déjà existants chez Wikipedia. Actuellement, n'importe qui peut modifier la plupart des pages sans même créer d'identifiant (nom d'utilisateur), auquel cas c'est l'adresse IP qui est associée aux modifications effectuées. Les pages qui risquent de susciter des propos diffamatoires, comme celles consacrées à Jésus ou à George W. Bush, ainsi que les épisodes  d'iCarly, sont protégées afin que les utilisateurs novices ne puissent pas y toucher. Pourtant, en matière d'accès, la barre n'est pas placée très haut.

Pour modifier une page protégée, il suffit de créer un nom d'utilisateur, de patienter quatre jours, et de faire au moins 10 modifications sur des pages non protégées. La nouvelle politique que Wikipedia envisage d'adopter (elle a été baptisée «flagged protection» [protection balisée], vise à prévenir plutôt que guérir. Les modifications à l'initiative d'utilisateurs non inscrits devront être validées par un Wikipédien chevronné. (Pour l'instant, la Wikimedia Foundation n'a pas défini clairement les conditions requises pour être un réviseur habilité à approuver les modifications.)

Les huiles de Wikipedia affirment que ce nouveau règlement s'appliquera uniquement aux pages dédiées à des personnalités vivantes très en vue et, par conséquent, les plus susceptibles d'être victimes de la désinformation. Les modifications non approuvées resteront quand même visibles pour les utilisateurs qui s'identifient, même si la plupart des visiteurs ne se donneront sans doute pas la peine de le faire.

On peut la retourner dans tous les sens, cette nouvelle politique confère de toute façon un contrôle et un pouvoir plus large à un petit groupe de personne. Mais si cela constituait un problème majeur, il y a longtemps que Wikipedia se serait cassé le nez. Je l'ai déjà dit, le succès de cette encyclopédie collaborative repose, dans une large mesure, sur les efforts soutenus d'un petit groupe de rédacteurs dévoués et obsessionnels, dont beaucoup sont très réactifs et rectifient rapidement le tir quand des néophytes sortent du droit chemin. Plus que le signe que Wikipedia «est devenue adulte» ou que le site s'éloigne de son principe démocratique, ces nouvelles règles ne font que formaliser, pour certaines pages, un processus qui existait déjà.

Prenons, par exemple, l'analyse approfondie de l'écosystème de Wikipedia réalisée par Ed Chi et ses collègues du Centre de recherche de Palo Alto. Ils ont constaté qu'environ la moitié des modifications viennent d'utilisateurs ayant effectué au moins 100 modifications sur le site. Mieux, 20% des corrections sont faites par des internautes qui ont 1.000 modifications ou plus à leur actif. (Consultez ce graphique) D'autre part, Chi et consorts révèlent qu'à la fin de 2008, les utilisateurs qui faisaient une correction pour la première fois sur Wikipedia avaient 25% de chances de la voir supprimée ou modifiée par quelqu'un d'autre. (Cette statistique ne prend pas en compte les modifications/suppressions appliquées à des contenus clairement répréhensibles). Ce chiffre retombe à environ 15% pour les huit modifications suivantes de l'utilisateur. En revanche, pour les internautes ayant apporté plus de 100 modifications, leur contribution n'est corrigée/supprimée que dans 1% des cas.

L'avènement d'une wiki-oligarchie comporte bien quelques dangers. Ceux qui sont aux manettes de Wikipedia sont invisibles. Par conséquent, le public ne peut pas les rendre responsables des décisions éditoriales. Par ailleurs, il est assez facile de prendre le contrôle d'une page peu visitée avec un minimum de persévérance et une bonne maîtrise des règles byzantines de Wikipedia en matière de règlement des litiges.

Prenons le cas du curieux rédacteur sportif Rick Reilly, qui affectionne particulièrement les plaisanteries à propos des dents (mon confrère John Levin lui a d'ailleurs consacré une chronique au mois de décembre). L'article de Levin a été intégré en tant que référence sur la page Wikipedia de Reilly, avant d'être retiré par un utilisateur qui n'est autre que le chargé de relations publiques de Reilly. La page Historique des modifications nous informe sur ce qui s'est passé ensuite: quelqu'un a inséré une nouvelle référence à l'article sur les dents. Elle a encore été supprimée, puis ajoutée de nouveau... Finalement, un dénommé Dayewalker, qui a effectué bien plus de 1.000 modifications sur Wikipedia, est intervenu: «Les analyses humoristiques personnelles du style [de Rick Reilly] axées sur le thème des dents sont abusives et inadaptées [au contenu d'] une encyclopédie. Veuillez en parler sur la page de discussion afin de trouver un consensus.» Comme personne n'a relancé le débat, la critique de Levin a disparu de la page de Reilly.

Evidemment, il doit y avoir une multitude de petites omissions dans les pages de Wikipedia, et certaines ne sont pas anodines. Ce qui explique l'hégémonie des gardiens de Wikipedia, dont la grande majorité est bien intentionnée, c'est la gratuité de ce site qui, quoique très vaste, est capable de fournir des informations la plupart du temps justes! Si Wikipedia est le plus grand et le plus populaire ouvrage de référence du Web, ce n'est pas parce qu'il correspond aux idéaux du Web 2.0. Ce site est devenu incontournable parce qu'il est gratuit, qu'il apparaît parmi les premiers résultats des recherches Google, qu'il utilise un langage simple, qu'il contient des entrées sur presque tous les sujets et, surtout, parce qu'il donne des informations presque toujours exactes. (Y a-t-il une autre source fournissant une liste des personnages qui se font tuer dans chaque épisode des Soprano?) Tant que cela restera vrai, les internautes continueront de consulter Wikipedia.

S'il n'est pas tout à fait juste de dire que les révisions balisées sont le signe que Wikipedia est devenu adulte, il est vrai que l'encyclopédie mûrit. Actuellement, le site n'enregistre plus de croissance exponentielle. L'équipe de recherche PARC indique que les modifications effectuées sur Wikipedia ont atteint un palier ces 18 derniers mois, avec un pic autour de janvier 2007. Il ne fait pas de doute que Wikipedia continue de se développer, mais il semble que l'essentiel des efforts consistent à maintenir le niveau de qualité actuel. Cette nouvelle politique a justement pour objet de faciliter cette démarche.

Je suis pratiquement sûr que vous ne verriez pas la différence si Wikipedia limitait les possibilités de modifications sur un très grand nombre de pages. C'est certain, il y aurait moins de wiki-scandales gênants et préjudiciables (le jour de l'investiture du président Obama, par exemple, le site avait brièvement affiché des informations selon lesquelles les sénateurs Ted Kennedy et Robert Byrd étaient décédés.

L'encyclopédie perdrait-elle de sa réactivité? Sans doute un petit peu, mais rien de méchant. Des statistiques de la version allemande de Wikipedia, à laquelle cette politique est déjà largement appliquée, laissent entendre que la plupart des modifications sont validées ou rejetées rapidement, dans un délai moyen de six heures trente. De toute façon, Wikipedia n'a jamais brillé dans le traitement de l'actualité brûlante. Et puis, pour ça, il nous reste encore les journaux...

Chris Wilson

Traduit par Micha Cziffra

Image de Une: Britney Spears et Paris Hilton   REUTERS

Chris Wilson
Chris Wilson (14 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte