France

Quand Patrick Buisson affirmait en 2012 que Jean-Luc Mélenchon était «plus crédible» qu'Hollande

Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 18.03.2015 à 14 h 57

Jean-Luc Mélenchon à Paris le 1er mai 2013. REUTERS/Charles Platiau

Jean-Luc Mélenchon à Paris le 1er mai 2013. REUTERS/Charles Platiau

Dans Le Mauvais Génie, le livre d'Ariane Chemin et Vanessa Schneider consacré à l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Patrick Buisson, les deux journalistes du Monde révèlent que ce dernier était également consulté par Jean-Luc Mélenchon, et que les deux hommes étaient proches.

Buisson, ancien journaliste de l'hebdomadaire d'extrême droite Minute, aurait encouragé le candidat du Front de gauche en 2012 a quitter le PS en 2008 et à se présenter à la présidentielle. Dans un post sur Facebook, Jean-Luc Mélenchon a démenti ces révélations:

«Je n'ai pas eu besoin de conseiller de droite pour décider d'être candidat à la présidentielle quoi qu’en pensent le PS et ses journalistes.»

Si les informations des journalistes sont avérées, cette nouvelle facette de Patrick Buisson éclaire d'un jour nouveau une interview que ce spécialiste des sondages et études d'opinion accordait au Monde le 18 avril 2012.

Il s'y montrait excessivement confiant, chiffres d'instituts et hypothèses de reports de voix à l'appui, sur les chances de Nicolas Sarkozy de l'emporter. Nous avions d'ailleurs demandé à l'époque, dans la foulée de cette interview, au spécialiste des études d’opinion de François Hollande, Olivier Faure, de livrer sa propre analyse des tendances, qui invalidait en partie les prédictions de Buisson.

Le conseiller de Sarkozy assurait alors qu'Hollande rassemblerait moins de voix au second tour que Ségolène Royal en 2007, ce qui s'est révélé faux: 18.000.668 voix contre 16.790.440.

Mais le passage le plus surprenant a posteriori concerne son analyse du score du candidat du Front de gauche:

«Le candidat de la gauche populiste sera toujours plus crédible qu'une pâle copie sociale-démocrate dans le registre de la lutte des classes qui réclame une certaine tonicité.»

A propos de l'annonce fameuse de la taxe à 75% par le candidat socialiste, Buisson se montrait sceptique sur la bonne réception de la mesure à la gauche de la gauche et affirmait que «ce n'est pas Hollande qui a élargi sa base vers la gauche radicale –il a perdu 2 points en une semaine– mais Jean-Luc Mélenchon qui est en progression».

Difficile de ne pas relire ces «analyses» sondagières à l'aune des derniers éléments du CV du sondeur évoqués dans le livre des journalistes.

Jean-Laurent Cassely
Jean-Laurent Cassely (990 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte