Tech & internet / Culture

Supercut: comparons le premier et le dernier plan d'un film

Temps de lecture : 2 min

Jacob T. Swinney a publié mardi un montage vidéo mettant côte à côte les premiers et derniers plans de 55 films célèbres. Dans un texte accompagnant sa réalisation, le vidéaste note que «certains premiers plans sont remarquablement semblables aux derniers plans» quand pour d’autres films «les deux plans sont complètement différents».

«Certains illustrent le progrès, d’autres le déclin, et d’autres enfin sont simplement des images percutantes utilisées pour commencer et finir un film.»

On remarque ainsi que le film Gone Girl de David Fincher commence et se termine avec des plans quasi-identiques: on y voit Rosamund Pike, qui joue le rôle d’Amy Dunne, tourner sa tête vers la caméra. Idem pour Lord of War qui débute et finit sur des images de balles, ou pour Il faut sauver le soldat Ryan qui commence et se termine avec l’image du drapeau américain flottant au vent.

Au contraire, No Country for Old Men s’amorce avec un paysage et se termine avec un plan poitrine de Tommy Lee Jones. Her, le film, de Spike Jonze avec Joaquin Phoenix, commence quant à lui avec un gros plan de son personnage principal et se termine avec un couple assis sur un toit avec la ville en arrière-plan.

Certains plans témoignent d’un progrès. Dans Kill Bill, le premier montre Beatrix Kiddo (Uma Turman) gravement blessée. Le plan final la montre souriante avec sa fille dans ses bras. Le premier plan de Twelve Years a Slave dévoile Solomon Northup (Chiwetel Ejiofor) parmi d’autres esclaves dans un champ. Le dernier le présente entouré de sa famille après des retrouvailles émues.

D’autres témoignent enfin d’un déclin. La Route, par exemple, débute sur l’image de branches d’arbres verdoyantes à laquelle s’oppose celle d’un jeune garçon dans un contexte post-apocalyptique.

En 2014, Première relevait l’existence d’un autre supercut compilant, lui, le plan final «souvent plein de douceur» de 86 longs-métrages lauréats de l’Oscar du meilleur film.

Slate.fr

Newsletters

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

«Bolsonaro est une antiquité qui nous arrive du passé via WhatsApp»

Comme les milieux religieux, la communauté tech est très divisée sur le phénomène Bolsonaro. Sur le point d'être élu grâce aux réseaux sociaux, il ne sera pas forcément pour autant un président favorable aux nouvelles technologies.

De retour du Paris Podcast Festival

De retour du Paris Podcast Festival

Un épisode un peu spécial de l'Agenda du Loisir Français cette semaine. De retour de Paris, Henry Michel nous raconte son expérience du premier festival dédié au podcast natif, en présence de toute la grande famille du podcast français. Alors non,...

Des applications désinstallées continuent de vous traquer

Des applications désinstallées continuent de vous traquer

Pour vous demander de les réinstaller.

Newsletters