Sciences / Culture

Space Invader a envahi la Station spatiale internationale

Temps de lecture : 2 min

Crédit: NASA
Crédit: NASA

Sans trahir mon âge, je me souviens de ma première console Space Invader. A l’époque, ce qui se faisait de mieux en matière de jeu vidéo, c’était Pong ou une de ces variantes impliquant quelques points et une ligne se déplaçant sur l’écran et, croyez-moi, c’était le truc le plus cool qu’on ait jamais vu alors…

Un jour, alors que j’étais à une convention de science-fiction, j’ai vu une foule de gens se presser autour d’une présentation. J’ai marché vers eux et je les ai vus regroupés autour d’une console, dont émanait un bruit lancinant. Je ne pouvais pas voir l’écran, mais le bruit se faisait de plus en plus présent, et les gens lançaient des encouragements et applaudissaient.

Et quand j’ai vu le jeu, j’ai su immédiatement que tout était sur le point de changer. C’était magnifique.

Bien sûr, ça semble être de l’histoire ancienne de nos jours, mais l’histoire a une capacité à se rappeler à votre souvenir…

Et voici donc une photo de l’astronaute italienne Samantha Cristoforetti tenant dans sa main une mosaïque de tuiles à bord de la Station spatiale internationale. La photo est prise depuis la coupole, qui dispose d’écoutilles ouvrant sur plusieurs directions, exactement le genre de point de vue qu’aurait un envahisseur venu de l’espace juste avant d’atterrir sur notre planète bleue.

Les tuiles font partie d’une série réalisée par l’artiste français de street art connu sous le nom d’Invader, qui a collé ses motifs sur les murs de plus de 60 villes dans le monde dont Rome, Paris, New York, Hong Kong ou Los Angeles. Et à présent, même dans l’espace.

Samantha Cristoforetti a collé elle-même la mosaïque, qui devient la première œuvre d’art exposée dans la Station spatiale internationale. L’astronaute veut l’utiliser pour inspirer les jeunes enfants à créer en mélangeant géométrie et couleurs. Et pour ma part, cette photo fait partie de l’histoire.

Newsletters

À cause de la fonte des glaces, les ours polaires utilisent quatre fois plus d'énergie pour survivre

À cause de la fonte des glaces, les ours polaires utilisent quatre fois plus d'énergie pour survivre

Ces mammifères doivent nager pendant trois jours ou parcourir de grandes distances sur la terre à la recherche de nourriture.

Selon la science, il est possible de communiquer avec une personne qui est en train de rêver

Selon la science, il est possible de communiquer avec une personne qui est en train de rêver

Les rêveurs ont notamment été capables de répondre à des questions ou encore aptes à faire des mathématiques.

Le cotonéastre, une «super-plante» qui absorbe la pollution atmosphérique sur les routes

Le cotonéastre, une «super-plante» qui absorbe la pollution atmosphérique sur les routes

Les haies de sa sous-espèce, le cotoneaster franchetii, qui pousse le long de l'asphalte, sont 20% plus efficaces que d'autres plantes.

Newsletters