Monde

Benjamin Netanyahou est très inquiet: les arabes israéliens vont voter

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 17.03.2015 à 17 h 04

Repéré sur The Washington Post, The New York Times

Benjamin Netanyahou devant le Congrès américain, le 3 mars 2015. REUTERS/Gary Cameron

Benjamin Netanyahou devant le Congrès américain, le 3 mars 2015. REUTERS/Gary Cameron

Alors que les Israéliens élisent leurs députés ce mardi 17 mars, Benjamin Netanyahou est de plus en plus inquiet de perdre son poste de Premier ministre, qui lui semblait pourtant encore acquis il y a quelques mois. Et l'actuel chef du gouvernement israélien tente le tout pour le tout puisqu'il a posté, à quelques heures de la fermeture des bureaux de vote, un message vidéo sur Facebook, où on le voit, mal éclairé en plan fixe devant un drapeau israélien et un mur sur lequel est accroché une carte du Moyen-Orient:

 


Le New York Times, qui a repéré cette vidéo, explique que Benjamin Netanyahou «avertit que "la droite est en danger" et que "les électeurs arabes arrivent en masse aux bureaux de vote", avec des groupes de gauche "qui les amènent en bus."»

Le Premier ministre israélien explique qu'il n'a pas V15 (une organisation qui milite pour le départ du Premier ministre actuel et qui «a bénéficié des conseils de l'Américain Jeremy Bird, l'un des stratèges des campagnes de terrain de Barack Obama») avec lui. Au lieu de cela, explique-t-il, les Israéliens ont «Ordre-8», «un jargon militaire israélien qui est synonyme d'un appel d'urgence», explique le NY Times:

«Nous n'avons que vous. Rendez vous aux bureaux de vote, amenez vos amis, votre famille et votez.»

Avant de finir son discours par:

«Avec votre aide et l'aide de Dieu, nous formerons un gouvernement national et protégerons l'Etat d'Israël.»

Le Washington Post indique de son côté qu'on «ne sait pas si les affirmations de Netanyahou sont vraies. Certains observateurs indiquent que les tendances du vote arabe cette année sont les mêmes que lors des élections précédentes».

Le quotidien américain explique également que sur Twitter, on se moque déjà de ses propos:

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte