France

Bella, Arya, Arwen... les prénoms des bébés parisiens s'inspirent des films et des séries

Temps de lecture : 2 min

La pop culture envahit aussi les maternités parisiennes.

Elsa, la Reine des neiges (Disney).
Elsa, la Reine des neiges (Disney).

Dans le cadre de l'open data promu par le gouvernement, la mairie de Paris vient de mettre en ligne la liste des prénoms donnés à au moins cinq nouveaux-nés de la capitale en 2014. On retrouve ainsi en tête chez les filles Emma (161) et Gabriel chez les garçons (370). Mais si l’on compare ces données avec celles des années précédentes, on peut distinguer l’apparition de prénoms que l’on peut relier à des personnages de fiction devenus populaires ces dernières années.

Ainsi, Arya Stark de la série Game of Thrones (l’adolescente rebelle qui ne sourit jamais) a fait des émules dans six foyers parisiens. Alors que les années précédentes, ce prénom n’existait pas dans les registres, ce sont désormais six petites filles qui portent le prénom de ce personnage central des romans de George R.R. Martin et de la série de HBO.


Toujours dans le registre fantastique, l’année 2014 a vu la naissance de cinq Arwen. Ce prénom est apparu à Paris à partir de 2009 et fait directement référence à la princesse elfique Arwen, dans la saga de J.R.R. Tolkien Le Seigneur des Anneaux. Pour information, dans la langue inventée par l’écrivain britannique, ce prénom signifie «femme noble».


Game of Thrones et Le Seigneur des anneaux ne sont pas les seules fictions à avoir inspiré des prénoms aux jeunes parents. La saga Twilight, écrite par Stephenie Meyer et adaptée au cinéma à partir de 2008, racontait les tourments amoureux d’un couple composé d’un vampire, Edward, et d’une mortelle, Bella. Dans la base de données de la mairie de Paris, on retrouve plusieurs mention de ces prénoms, à partir de 2012 pour Edward (5 nouveaux nés par an) et de 2011 pour Bella (5 pour l’année 2014).

Les princesses Disney sont également une source d’inspiration inépuisable. Jusqu’en 2013, et donc avant la sortie de La Reine des neiges, le prénom Elsa était en moyenne donné 67 fois par an. Mais en 2014, et sûrement à cause de la folie qui a entouré le succès du dessin animé (et de sa chanson qui rend fous les parents…), le prénom Elsa a connu un pic, avec 88 nouveaux nés appelés ainsi.

Mi-juin, le site BabyCentre avait d’ailleurs publié une étude sur les prénoms les plus attribués aux enfants au Royaume-Uni, et Elsa faisait son entrée dans le Top 100 avec 243 enregistrements de plus qu’en 2013. En revanche, la sœur de la princesse, Anna, n’a pas connu de regain de popularité dans la capitale parisienne, restant dans une moyenne de 134 attributions.

Il est intéressant de noter que le prénom d’origine malgache Tiana, porté par l’héroïne du dessin animé La Princesse et la Grenouille, a été choisi par plusieurs familles à partir de 2010, soit l’année suivant la sortie en salle.


On peut aussi spéculer sur les petits Pharell, nés en 2012 (7) et en 2014 (9), année de sortie de son album à succès G I R LLe prénom Kyan, lui, a été donné à cinq reprises en 2013, c'est-à-dire l’année suivant la diffusion de la série Bref, dont l’acteur principal se nomme… Kyan Khojandi.

Slate.fr

Newsletters

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Mort de Charles Aznavour: «Il avait des carrières différentes dans chaque langue»

Charles Aznavour est décédé dans la nuit de dimanche à lundi à l'âge de 94 ans. Après Edith Piaf, il était sûrement le chanteur français le plus connu à l’étranger. Pour Slate.fr, Bertrand Dicale, auteur de Tout Aznavour (First Editions) ...

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

Pourquoi déteste-t-on les supporters de football?*

*Et les supportrices.

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Non, je ne crois pas que le voile soit compatible avec le féminisme

Prétendre que le voile islamique est compatible avec le féminisme est pour le moins hasardeux. Comment un marqueur religieux établissant une différence entre les sexes pourrait-il porter des idées d'émancipation, de liberté et d'égalité?

Newsletters