Égalités / Monde

Etre une femme prêtre (anglicane), c'est aussi s'habiller comme une femme

Temps de lecture : 2 min

Photos issues de la page Facebbok de House of Ilona
Photos issues de la page Facebbok de House of Ilona

Depuis 1994, l'Eglise anglicane ordonne des femmes prêtres (et des femmes évêques depuis janvier), mais jusqu'à peu, elles étaient réduites à porter des chemises cléricales d'hommes terriblement mal coupées.

Les femmes représentent pourtant un tiers du clergé anglican en Angleterre, et il existe même un groupe Facebook intitulé «Nous voulons des jolies chemises cléricales pour femmes» (2.339 likes). Le magazine Vice rapporte que leurs voeux ont été exaucés.

En effet, plusieurs sites proposent désormais des chemises et ensembles pour prêtres modernes, chics et féminines.

Le site House of Ilona vend notamment une robe noire assez courte avec col romain blanc.

Ainsi que des chemises avec manches bouffantes.

Comme les femmes prêtres anglicanes peuvent se marier et avoir des enfants, il existe aussi une ligne spéciale maternité.

Chez Casual Priest, la ligne d'une créatrice suédoise, le look est plus décontracté, avec des hauts en coton jersey moulants.

La vicaire Rosie Harper est fan (ces vêtements lui permettent d'«avoir confiance (en elle) et de se sentir professionnelle»), mais Vice rapporte que son choix de couleurs flamboyantes est parfois critiqué. Lorsqu'elle a soutenu une loi sur le suicide assisté, ses détracteurs en ont profité pour se moquer de ses goûts vestimentaires.

Ces habits soulignent évidemment le fossé entre anglicans et catholiques, qui non seulement n'ont pas de prêtres femmes, mais pas non plus de prêtres chics et décontractés qui portent des chemises cléricales «slim» en coton et lycra.

Newsletters

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Dans la lutte contre les discriminations, les alliés jouent un rôle essentiel. Mais s'affirmer comme tel ne suffit pas: il faut des actes.

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

«Ébouriffant·e·s», la BD d'anticipation dont les poils sont les héros

Adeline Rapon et Émilie Gleason imaginent un futur proche dans lequel le poil est si libre qu'on ouvre des salons dans lesquels il est sublimé au lieu d'être ratiboisé.

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Deux sœurs, trois ans et quarante-et-un jours: guide de survie à Auschwitz-Birkenau

Rena et Danka sont au nombre des déportés ayant vécu le plus de temps dans le camp. Rena fut la première des «999 oubliées» à partager, soixante ans plus tard, son histoire inouïe.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio