Culture

Le premier «blog» mode date du XVIe siècle

Repéré par Myriam Lebret, mis à jour le 16.03.2015 à 18 h 48

Repéré sur The Independent

Trachtenbuch des Augsburgers Matthäus Schwarz (1497–1574), Landesbibliothek Hannover  via Wikimedia Commons

Trachtenbuch des Augsburgers Matthäus Schwarz (1497–1574), Landesbibliothek Hannover via Wikimedia Commons

Dans une exposition intitulée A Young Man's Progress, le musée Fitzwilliam de Cambridge présente des clichés de la photographe Maisie Broadhead. Ces derniers montrent «Matthew Smith», un personnage fictif passionné de mode. Les photos sont inspirées d'un livre commandé par un comptable allemand du XVIe siècle, Matthäus Schwarz, dans lequel il a demandé à des artistes de peindre ses tenues pendant 40 ans, de 1520 à 1560. 

Comme le rapporte The Independent, le livre de Matthäus Schwarz est considéré par les historiens comme le premier livre de mode, et la démarche du comptable ressemble au principe des blogs de mode. Au lieu d'utiliser Instagram, Schwarz faisait ses portraits à l'aquarelle sur du parchemin. 

Crédit: Wikimedia Commons

La plupart de ses tenues étaient étonnament élaborées. The Independent parle de doublets et culottes avec de petites coupures dans les tissus, un exemple de la mode avant-gardiste de l'époque. Matthäus Schwarz choisissait aussi ses tenues pour faire passer un message politique ou social: au retour de Charles Quint en Allemagne, ses vêtements rouge et jaune montraient son attachement au catholicisme. 

Je suis devenu gros et gras

Matthäus Schwarz

Matthäus Schwarz était complètement sincère par rapport à son apparence. Contrairement à l'habitude des portraits de l'époque qui idéalisaient l'individu, le comptable n'hésitait pas à annoter les illustrations du Trachtenbuch (Livre des vêtements) avec des commentaires comme «Je suis devenu gros et gras»

Si la création du Trachtenbuch tient surtout d'un passe-temps vaniteux pour le comptable allemand qui gardait ce livre pour lui, tenir un blog mode aujourd'hui est à l'inverse une démarche très commerciale. Mais, pour The Independent, il y a encore un point commun entre ces deux formes de blogging: la démocratisation de la mode. 

Schwartz a cassé les conventions de son époque en s'intéressant à la mode alors qu'elle était réservée à une élite. C’est également ce que font les amateurs de mode qui se font connaître sur les blogs et les réseaux sociaux. 

Et si vous aussi vous voulez être vus sur les réseaux, un conseil, mettez du bleu sur Instagram et du rouge sur Pinterest

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte