Economie

Quand une nouvelle monnaie donne du sens à l'économie locale

Catherine Bernard, mis à jour le 23.03.2015 à 14 h 22

Depuis la mi-mars, entreprises, associations, commerçants et particuliers nantais peuvent ouvrir des comptes libellés en SoNantes, une monnaie à finalité économique lancée par la municipalité. Avec pour objectif affirmé de booster les échanges locaux.

C'est presque une épidémie: depuis le début de la décennie, l'Hexagone se peuple de monnaies locales qui s'invitent dans les portefeuilles à côté de l'euro. Elles portent des noms qui fleurent bon le terroir, version légèrement décalée: en visite au Pays basque, l'on peut ainsi faire ses emplettes en Eusko, à Toulouse a cours le Sol Violette, à Strasbourg le Stück, en Ille-et-Vilaine le Galleco, à Brest l'Héol, à Montreuil la Pêche, à Boulogne-sur-Mer la Bou'Sol,  à Villeneuve-sur-Lot les Abeilles, à Angers la Muse, à Chambéry l'Elef...

Initié par des groupes d'habitants, ou par des mouvements tel le mouvement Sol, animé notamment par l'économiste et essayiste Patrick Viveret, le processus est désormais largement soutenu par les collectivités locales qui n'hésitent pas, au besoin, à lancer elles-mêmes ces nouvelles monnaies. Leur finalité? Soutenir le commerce et les producteurs locaux, si possible environnementalement et socialement engagés.

A Nantes, la municipalité a voulu aller plus loin: depuis quelques jours, n'importe quelle entreprise, commerce, association ou individu peut ouvrir un compte en Sonantes à la Sonao, une filiale spécialisée constituée à ces fins par le Crédit municipal de la ville. Chaque Sonantes a la même valeur qu'un euro. Mais ici, pas besoin –sauf pour les particuliers[1]– de déposer des euros pour échanger dans la nouvelle monnaie, qui est du reste totalement numérique et non convertible. Car il n'est pas besoin de posséder des Sonantes pour pouvoir en échanger!

Accélérer les échanges

Etrange? Pas tant que cela. La finalité de la SoNantes n'est pas en effet de rendre riches ceux qui la détiennent. Accumuler les SoNantes n'a aucun sens –la monnaie ne rapportant aucun intérêt– et la Sonao le rappellera à ceux qui oublieraient de les dépenser. L'idée est bien de la faire circuler sur le territoire, et ce aussi vite que possible. Ce qui devrait booster les échanges entre les acteurs économiques locaux et intensifier leurs liens. 

Concrètement, si une entreprise A vend un bien ou service pour 100 SoNantes à une entreprise B, cette seconde affichera, transitoirement du moins, un solde négatif de 100 SoNantes. La durée et le montant maximal de ce «découvert» sont cependant strictement limités et contrôlés. Mais l'entreprise A sera, elle, immédiatement créditée de 100 SoNantes, et n'aura donc pas à attendre les 30 ou 45 jours de délais de paiement généralement pratiqués dans la transactions interentreprises. Elle pourra, du coup, immédiatement les dépenser auprès d'un troisième acteur, C, qui, à son tour, ira s'approvisionner auprès d'un tiers. B peut-être, qui pourra ainsi couvrir son solde débiteur.

In fine, l'espoir de ses promoteurs est bien que la SoNantes, en circulant beaucoup plus rapidement que l'euro, nourrisse les échanges et donc les affaires. Sa création devrait aussi modifier les comportements: chaque entreprise adhérente échangera en priorité avec des partenaires eux aussi membres du réseau et auprès desquels elle pourra donc écouler ses SoNantes. Les acteurs de la région nantaise apprendront à mieux se connaître –voire s'apprécier. La municipalité espère que le réseau ainsi constitué les aide à se renforcer, mais aussi à mieux supporter les à-coups de la conjoncture.

Renforcer les liens entre acteurs locaux

Telle est, en tous cas, la situation en Suisse, où a été créée, en 1934, une monnaie dont s'inspire directement la SoNantes: le Wir. Réservée aux PME et totalement inconvertible,  cette monnaie a effectivement prouvé son effet anticyclique. «Lorsque l'on a des Wir, on est obligé de chercher des partenaires qu'on n'aurait sinon jamais rencontrés», explique un imprimeur suisse situé à peu près à mi-chemin entre Lausanne et Genève. «Mais lorsque la demande de mes clients non-Wir –nationaux ou internationaux– fléchit, je bénéficie à plein de ce réseau car je trouve toujours à vendre auprès des PME suisses qui détiennent des Wir.»

La SoNantes n'en est pas encore à ce niveau de développement. Si d'ores et déjà, les entreprises peuvent ouvrir un compte auprès de sa «banque centrale», la Sonao, les premières transactions ne seront officiellement lancées qu'à la toute fin du mois d'avril. Le projet, qui a mis plusieurs années à aboutir, reste de toutes façons modeste: il lui a fallu passer sous les fourches caudines de l'APCR , l'autorité de contrôle prudentielle, qui dépend de la Banque de France, et a bien veillé à ce que cette monnaie ne se transforme pas en un système de crédit inter-entreprises potentiellement dangereux. 

Les avoirs –et débits– autorisés en SoNantes seront déterminés par la Sonao en fonction de la taille et de la santé de l'entreprise et ne dépasseront pas, en général, quelques milliers d'euros, surtout au début. Les particuliers, eux, ne pourront pas acheter plus de 1.000 SoNantes chaque année, puisqu'ils ne pourront plus les reconvertir. Ironie du sort: la municipalité ne pourra pas utiliser sa propre monnaie, car elle est soumise aux règles de la comptabilité publique. Mais elle entend bien répandre son usage dans les sociétés d'économie mixte (transports publics, crèches, etc).

Qu'elle trouve, ou non, son public, la SoNantes aura d'ores et déjà eu un impact local. Elle aura fait réfléchir le tissu économique à une notion traditionnellement considérée comme intangible: la monnaie. Et mis en évidence un phénomène somme toute peu connu: la forme de la monnaie façonne tant la forme de l'économie que celle de la société.

1 — Même si la SoNantes s'adresse plutôt aux entreprises, cette décision a été prise pour permettre à tous les Nantais d'échanger en SoNantes. Retourner à l'article

Catherine Bernard
Catherine Bernard (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte