Partager cet article

Le futur du Web est au push

Push franklin heijnen via FlickrCC License by

Push franklin heijnen via FlickrCC License by

Selon Dries Buytaert, fondateur de Drupal, nous allons passer d'un Web que l'on visite à un Web qui vient nous chercher.

Si les pushs des sites d'infos que vous recevez en permanence sur votre smartphone vous énervent, ce qui suit ne va pas vous enchanter... Readwrite consacre un passionnant article au futur du web (particulièrement mobile) vu par l'un de ceux qui comptent, Dries Buytaert, fondateur de Drupal, le système de gestion de contenus utilisé par de très nombreux sites dans le monde (5% de tous les sites, et 12% des 100.000 premiers, selon Readwrite).

Le développeur a publié le 10 mars une note intitulée «The Big Reverse of the Web» (le grand renversement du web). 

«Le Web actuel est “pull-based”, ce qui signifie que nous visitons des sites ou nous téléchargeons des applications. Le futur du Web est “push-based”, c'est-à-dire que le Web va venir à nous. Dans les 10 prochaines années, nous assisterons à (cette) transformation (...). Quand ce “grand renversement” aura eu lieu, le Web disparaîtra dans l'arrière-plan, un peu comme l'approvionnement en électricité ou en eau. Nous oublierons ce que veut dire "www."»

Il continue: 

«Les contenus, les produits et les services vous trouveront, au lieu que vous ayez à les trouver. Puma vous fera savoir qu'il faut remplacer vos chaussusres et Marriott vous adressera automatiquement les chambres libres si vous avez manqué votre vol. Au lieu de visiter un site Internet, on nous notifiera de manière proactive ce qui est pertinent et on nous demandera ce que l'on veut faire.»

On touche déjà un peu du doigt ce que pourrait être ce Web avec les notifications Facebook: on sait que quelqu'un a interagi et l'appli nous incite à aller voir ce qui se passe.

Mais justement, pour Matt Asay, de Readwrite, ce grand renversement devrait bouleverser les applis. Il cite Paul Adams, un ancien de Google et de Facebook:

«Dans un monde où les notifications sont des expériences pleines en elles-mêmes, l'écran d'icônes d'apps a de moins en moins de sens. Les apps comme destinations ont de moins en moins de sens.»

Tout pourrait passer par la notification, sans que l'on ait besoin d'ouvrir de façon visible l'app. 

Evidemment, le passage d'un Web que l'on visite à un Web qui vient nous chercher bouleversera la publicité et l'économie. Pour venir nous chercher et nous proposer ce qui est pertinent pour nous et pas un autre, cela suppose de nous connaître parfaitement. Et donc exploiter encore plus qu'aujourd'hui les données personnelles. 

Pour le moment, selon Dries Buytaert, nous sommes au début de la transition, avec une économie de «push» qui «essaie d'anticiper la demande du consommateur, créant des produits standardisés ou génériques en grand nombre et les poussent dans le marché grâce à des circuits de distribution et de marketing globaux. Et une économie de “pull” qui (...) va créer des produits hautement personnalisés et des services à la demande et les livrer aux consommateurs grâce à une relation personnelle».

Au bout du raisonnement se pose l'utilité d'un service ultra-dominant aujourd'hui. A quoi servira un moteur de recherches quand le Web saura déjà ce que l'on voudrait chercher? Google, qui nous propose déjà ses suggestions quand on fait une recherche devancera peut-être nos désirs en nous envoyant un push...

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte