Monde

Le quadripoint africain

Temps de lecture : 2 min

Il n’y a qu’un endroit sur Terre ou les angles de quatre pays se rejoignent au même endroit.

La rivière Zambezi à la jonction de la Namibia, de la Zambie, du Zimbabwe et du Botswana. Photo Wikimédia CC par Brian McMorrow
La rivière Zambezi à la jonction de la Namibia, de la Zambie, du Zimbabwe et du Botswana. Photo Wikimédia CC par Brian McMorrow

Il y a un certain nombre de cas où les frontières de deux ou trois nations se touchent, mais la confluence de quatre nations se rejoignant ensemble à un même endroit n’existe qu’en Afrique, où les angles de la Zambie, du Zimbabwe, du Botswana et de la Namibie se rencontrent.

Source: Wikimédia

A la différence des lieux touristiques américains où des Etats se rejoignent, et qui sont d’ailleurs souvent marqués par des monuments et des médaillons en bronze, le quadripoint prend place au milieu d’une rivière qui traverse les différents pays. Beaucoup ont théorisé sur le fait que le point n’est pas un quadripoint. Par exemple, on peut lire dans la fiche Wikipedia «Quadripoint»: «Les frontières entre le Botswana, la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe se rejoignent trois à trois à quelques centaines de mètres dans le Zambèze, à l'ouest des chutes Victoria et laissent penser, à tort, à l'existence d'un quadripoint sur une carte à petite échelle.»

Indépendamment de ces tergiversations, le mal de crâne juridictionnel dû à la proximité de ces quatre pays a provoqué des conflits.

Par exemple, le ferry qui transportait les gens de Namibie vers le Botswana est devenu un élément de discorde, les deux pays réclamant la gestion du transport. Quelques affrontements éclatèrent, mais c’était en réalité la conséquence indirecte d’un incident international.

Si certains affirment qu’un léger changement dans l’écoulement de le fleuve Zambèze, ainsi que la géographie exacte des frontières, ont fait disparaître le quadripoint, les pays sont tellement proches que la seule différence ici est académique.

Atlas Obscura

Newsletters

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

Le mur est tout ce qu'il reste à Trump

L’état d’urgence signé par Trump n’est qu’une nouvelle manifestation de son obsession pour un mur qui, loin de protéger les États-Unis, a pour fonction de sauver la peau présidentielle.

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

«Même en prenant perpétuité, je n’aurais jamais le temps d’apprendre tout ce que je veux ici!»

Du temps du shah, dans les geôles iraniennes, entre deux séances de torture, les prisonnières et détenus politiques s'en sont remis à la culture.

Une élue américaine défend la peine de mort en citant la crucifixion de Jésus

Une élue américaine défend la peine de mort en citant la crucifixion de Jésus

Sans la peine de mort, Jésus n'aurait pas pu mourir pour racheter nos péchés.

Newsletters