Economie

Les petits pays ont au moins une chose à vendre: leur nationalité

Repéré par Myriam Lebret, mis à jour le 12.03.2015 à 14 h 58

Repéré sur Bloomberg

Passport to adventure / Mike via Flickr CC Licence By

Passport to adventure / Mike via Flickr CC Licence By

Christian Kalin est un homme d'affaires un peu particulier: il est le «roi du passeport», comme le raconte Bloomberg. En 2006, l'ancien avocat suisse a sauvé l'économie de l'Etat de Saint-Christophe-et-Niévès (Caraïbes, aussi connu sous le nom Saint-Kitts-et-Nevis) en en faisant l'endroit le plus populaire au monde pour acheter un passeport. Une nouvelle ressource pour le pays dont les plantations de cannes à sucre avaient fermé et qui enregistrait un taux de criminalité record. 

Si Saint-Christophe-et-Niévès a commencé à vendre des passeports en 1984, c'est Christian Kalin et son entreprise, Henley & Partners, qui ont mis en place le programme qui a permi à ces îles de remonter la pente. Aujourd'hui, Saint-Christophe offre sa nationalité pour 250.000 dollars, peu importe que l'acheteur y ait déjà mis les pieds. Selon Christian Kalin, le principal intérêt d'un deuxième passeport est de voyager plus facilement: avec Saint-Christophe, 132 pays sont accessibles sans visa.

Depuis, Henley a aidé plusieurs Etats à vendre leur nationalité. En 2014, les investisseurs ont dépensé une somme estimée à 2 milliards de dollars en achat de passeports et Christian Kalin prédit une demande de plus en plus importante avec l'émergence de nouveaux pays riches. 

Mais ces programmes sont très critiqués. On leur reproche de fournir un abri aux détenteurs d'argent sale, voire d'offrir un second passeport à des criminels ou des terroristes. Christian Kalin explique faire très attention, les clients doivent avoir un casier judiciaire vierge et leur candidature est étudiée par un cabinet spécialisé. 

En mai 2014, le département du Trésor américain a publié un avertissement au sujet de Saint-Christophe-et-Niévès, qui a vendu des passeports à des Iraniens souhaitant s'affranchir des sanctions économiques des Etats-Unis. En novembre, le Canada a décidé de ne plus laisser entrer les citoyens de l'île sans visa, ce qui a poussé Saint-Christophe-et-Niévès à faire changer ses passeports pour qu'y apparaissent le lieu de naissance de leurs détenteurs. 

Chypre ou encore Malte vendent des passeports et la citoyenneté européenne qui va avec. Malte a démarré le programme en janvier 2014 et a engrangé plus de 500 millions d'euros en un an, soit l'équivalent de 16% du budget du gouvernement. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte