Monde

Dans le couple Clinton, Bill n'est pas encore passé à l'email

Repéré par Grégor Brandy, mis à jour le 11.03.2015 à 11 h 21

Repéré sur The Wall Street Journal, New York Magazine

Bill Clinton à une conférence organisée par la City à Londres, le 27 mai 2014. REUTERS/Anna Gordon/Financial Times Live/Conference on Inclusive Capitalism/Pool.

Bill Clinton à une conférence organisée par la City à Londres, le 27 mai 2014. REUTERS/Anna Gordon/Financial Times Live/Conference on Inclusive Capitalism/Pool.

Si Hillary Clinton est actuellement au cœur d'une polémique au sujet de ses emails, difficile d'imaginer son mari, l'ancien président américain Bill Clinton, faire face à de telles critiques. Et ce pour la simple et bonne raison que Bill Clinton n'envoie pas d'emails, comme l'écrit le Wall Street Journal:

«L'ancien président, qui utilise régulièrement Twitter, a envoyé un total de deux mails au cours de sa vie, les deux alors qu'il était président, détaille Matt McKenna, son porte-parole. Après avoir quitté le Bureau ovale, M. Clinton a créé son propre domaine, que son personnel utilise –@presidentclinton.com. Mais M. Clinton ne l'utilise pas lui-même.»

Bill Clinton avait d'ailleurs rigolé de la volonté du Congrès de lire les emails en question, racontait alors Fast Company:

«J'en ai envoyé deux en tant que président: un à nos troupes dans l'Adriatique, et un à John Glenn quand il avait 77 ans et qu'il était dans l'espace. Je me suis dit que ça devrait aller si le Congrès m'ordonnait de les produire.»

Et comme le rappelle le New York Magazine, CNN se demandait alors si le premier email que le président avait envoyé pouvait vraiment être légalement requis, puisque ce n'était pas vraiment une conversation électronique «mais un test pour voir si le commandant en chef savait comment appuyer sur le bouton pour envoyer un email».

Mais visiblement, l'ancien président américain n'était pas le seul à l'époque à avoir un peu de mal avec la technologie. Un article du New York Times de 1993 –là encore ressorti par le New York Mag– racontait qu'alors que la présidence Clinton était sensée être «high-tech», «la Maison Blanche elle-même [semblait] être coincée dans les âges sombres de la technologie». L'article décrivait des ordinateurs dépassés et des appels téléphoniques «connectés manuellement par des opérateurs qui branchent des cordons sur un panneau».

La technologie s'est depuis améliorée du côté de la Maison Blanche. Et de son côté, Bill n'est peut-être pas très fort en email, mais il semble avoir maîtrisé le selfie.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte