Science & santéMonde

La pollution chinoise pourrait avoir un effet sur les hivers nord-américains

Repéré par Jean-Laurent Cassely, mis à jour le 11.03.2015 à 11 h 59

Repéré sur NPR, NASA, CNN

Tempête de neige à New York, le 5 mars 2015. REUTERS/Lucas Jackson

Tempête de neige à New York, le 5 mars 2015. REUTERS/Lucas Jackson

L’hiver particulièrement froid et neigeux qui s’est abattu sur plusieurs villes de la côte Est américaine pourrait être lié à la pollution atmosphérique en Asie causée par les émissions de charbon. C'est en tout cas l'hypothèse sur laquelle travaillent des chercheurs du Jet Propulsion Laboratory de la Nasa.

Les particules fines se mélangent avec les tempêtes au dessus de l’Océan Pacifique et nourrissent la formation de nuages plus gros, provocant plus de précipitations, avec en bout de chaîne un effet sur les hivers nord-américains, comme l’explique le physicien de la NASA Jonathan Jiang au site de la NPR. Les particules fournissent à la vapeur d’eau de quoi se condenser, précise-t-il, ajoutant qu’il reste à effectuer des simulations pour connaître avec certitude l’effet des tempêtes du Pacifique sur le froid.

Sur l'animation ci-dessous, les chercheurs traquent le trajet de particules fines naturelles produites par l’activité humaine entre 2006 et 2007. On y voit comment ces particules interagissent avec les nuages au-dessus des océans. Comme le conclut la NASA sur son site, «la pollution ne fait pas que polluer»: elle a aussi un effet sur le climat de la planète, et une pollution relativement localisée peut avoir des répercutions mondiales.

Les Chinois sont bien sûr les premiers touchés par ce phénomène. Le site de CNN revient à ce propos sur la mise en ligne d’un documentaire sur la pollution qui a connu un succès viral sans précédent sur l'internet chinois, attirant plus de 200 millions de visiteurs en seulement une semaine. Under the Dome a été réalisé par une journaliste et présentatrice très populaire de la télévision d’Etat, Chai Jing. Bien qu’ayant soulevé des critiques sur son indépendance vis-à-vis du pouvoir, le film a été jugé suffisamment gênant pour disparaître de la plupart des sites web chinois. Une interview de la réalisatrice par le Quotidien du Peuple s'est également évanouie du site du quotidien. Le film avait pourtant été acclamé par le ministre chinois de la protection de l’environnement lors d’une conférence de presse, qui considérait qu'il contribuait à sensibiliser l'opinion chinoise sur la situation.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte