Culture / Économie

La ridicule bataille des philanthropes américains pour avoir une salle à leur nom

Temps de lecture : 2 min

L'Avery Fisher Hall qui portera bientôt le nom de David Geffen, via Wikimedia Commons
L'Avery Fisher Hall qui portera bientôt le nom de David Geffen, via Wikimedia Commons

Aux Etats-Unis, les milliardaires qui donnent leur argent à des hôpitaux, musées ou universités obtiennent en général le droit de rebaptiser les institutions qu'ils financent. Ainsi, un des plus grands hôpitaux de New York s'appelle depuis 2008, NYU Langone Medical Center, du nom de Kenneth Langone, le propriétaire de Home Depot, le Bricorama américain. Au Metropolitan Museum of Art, les filles de l'ancien maire Michael Bloomberg ont une petite section du musée à leur nom (l'aile «Emma et Georgina Bloomberg», avec sa collection d'armures datant de la Renaissance).

Au Lincoln Center, le centre culturel new-yorkais qui comprend plusieurs salles d'opéra, de ballet et de concert, c'est l'Avery Fisher Hall, où joue l'orchestre philarmonique de New York, qui va être renommé cet automne.

Comme le rappelle un article du New York Times, le changement de nom fait suite à une complexe transaction financière. La famille d'Avery Fisher, qui avait donné dix millions de dollars pour la salle de concert en 1973, avait menacé de faire un procès si Lincoln Center lui donnait un autre nom. L'institution culturelle a donc dû payer 15 millions de dollars aux Fisher afin de racheter le droit à renommer la salle. C'est ainsi qu'ils ont pu attirer David Geffen, un producteur de musique et co-fondateur, avec Steven Spielberg, des studios DreamWorks SKG, qui a donné 100 millions de dollars et obtiendra d'avoir la salle à son nom (à perpétuité).

Pour l'éditorialiste Felix Salmon dans Slate.com, ces transactions montrent l'état «déprimant» de la philanthropie culturelle. Il fut un temps où les grands donateurs semblaient vraiment intéressés par les institutions qu'ils soutenaient, mais de plus en plus, des milliardaires narcissiques veulent juste avoir leur nom sur des bâtiments prestigieux. Par exemple, le bâtiment principal de la bibliothèque publique de New York s'appelle depuis 2008 le Stephen Schwartzman Building, du nom d'un financier de Wall Street, et la salle de ballet à Lincoln Center a été renommée en 2008 pour David H. Koch, un milliardaire libertarien qui finance le Tea Party et les candidats politiques les plus conservateurs.

Pour Felix Salmon, ces transactions ressemblent à celles qui ont cours dans le milieu du sport, où plusieurs stades financés par des banques ont été rebaptisés: notamment le Barclays Center à Brooklyn ou encore Citi Field dans le Queens (financé par Citibank, qui finance aussi les Citi Bikes, le Vélib' new-yorkais).

Newsletters

2020 a été si chaotique que l'Oxford Dictionary a choisi plusieurs mots de l'année

2020 a été si chaotique que l'Oxford Dictionary a choisi plusieurs mots de l'année

En temps normal, seul un terme est désigné par le dictionnaire britannique pour résumer l'année écoulée.

La meilleure amie racisée, figure facile pour faire croire à la diversité dans les séries

La meilleure amie racisée, figure facile pour faire croire à la diversité dans les séries

S'il y a des personnages non-blancs dans les séries en 2020, ils sont le plus souvent érigés en figures secondaires.

Ce qu'il restera de «Dix pour cent», ce sont ses personnages féminins

Ce qu'il restera de «Dix pour cent», ce sont ses personnages féminins

[ATTENTION SPOILERS] Une héroïne lesbienne iconique, un discours moderne sur le sexisme du cinéma français… voilà ce que l'on retiendra de la série créée par Fanny Herrero.

Newsletters