France

Comment les statistiques sont manipulées

Slate.fr, mis à jour le 04.09.2009 à 10 h 07

Un collectif de fonctionnaires de la recherche publique et de spécialistes des statistiques fait état dans un livre paru en mai des pressions gouvernementales qu'ils subissent sur les résultats chiffrés qu'ils produisent dans leurs services respectifs. Le site La Vie des Idées revient sur cet ouvrage «clair et pédagogique» qui «ouvre l'accès aux méthodes de production des statistiques publiques»:

Selon le Petit Robert, le mot Statistique est apparu au XVIIIe siècle, et a pour étymologie statisticus en latin : «relatif à l'état», de l'italien statista : «homme d'État» et désigne l'«étude méthodique des faits sociaux, par des procédés numériques (classements, dénombrements, inventaires chiffrés, recensements), destinée à renseigner et aider les gouvernements.» On pourrait donc attendre de nos gouvernants qu'ils utilisent effectivement les statistiques comme outil d'aide à l'analyse et à l'évaluation des politiques publiques et comme outil d'aide à la décision. Cet ouvrage montre que bien au contraire, le gouvernement actuel, et en particulier l'actuel président de la République renversent cette logique en contrôlant l'information statistique avec l'objectif de justifier la politique menée. Autrement dit, au lieu d'utiliser les statistiques pour mieux gouverner, le gouvernement les manipule pour tenter de convaincre a posteriori de l'efficacité de sa politique.

L'ouvrage dégage quatre grands types de manipulation qui coïncident toutes avec des objectifs proclamés par Nicolas Sarkozy pendant sa campagne présidentielle. La première méthode consiste à «décrire un phénomène multidimensionnel à l'aide d'un indicateur unique». On la retrouve pour la mesure du pouvoir d'achat, qui est souvent basée uniquement sur l'indice des prix alors qu'il faut également prendre en compte le revenu.

Deuxième outil, l'exploitation des moyennes, qui se prêtent particulièrement aux raisonnements fallacieux dès lors qu'elles résument «une variable dont les valeurs sont très dispersées.» Un autre moyen de jouer avec les statistiques est «le changement de catégorisation des faits sociaux et de leur mode d'enregistrement.» Pour faire baisser le nombre de chômeurs comptabilisés, un moyen simple et efficace consiste à ne plus considérer comme chômeurs tout un ensemble de personnes qui l'étaient auparavant. Enfin, «l'entretien d'une confusion entre la mesure de l'efficacité d'un service et la mesure de l'évolution d'un phénomène social dont il s'occupe est une autre façon de fausser les résultats d'une politique.»

Produire de l'information statistique est un service public: il ne concerne pas que les statisticiens mais tout citoyen. Chacun doit pouvoir savoir à quoi correspond exactement chaque chiffre. Pour pouvoir prendre part au débat politique en connaissance de cause, chacun doit pouvoir accéder aux méthodes de production des statistiques publiques. Ce livre favorise cet accès et participe ainsi aux efforts en ce sens de l'association Pénombre et des cafés de la statistique de la SFdS (Société Française de Statistique), à la condition, que nous appelons de nos vœux, qu'il ne soit pas lu que par des statisticiens.

[Lire l'article complet sur laviedesidees.fr]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Statistiques, mattlemmon,Flickr, CC

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte