Tech & internet / Culture

Plagiat, mensonges... un an sur le site web du Daily Mail

Temps de lecture : 2 min

Capture d'écran de la une du Daily Mail
Capture d'écran de la une du Daily Mail

James King n'a pas gardé un très bon souvenir de son passage à la rédaction new-yorkaise du site web du Daily Mail, l'un des tabloïds britanniques les plus populaires.

Dans un long article publié sur Gawker, James King revient sur un peu plus d'an de collaboration et de plagiat, entre mai 2013 et juillet 2014.

«J'aurais aimé pouvoir dire que cet emploi au DailyMail.com était le début de mon plan pour infiltrer la publication et d'exposer tout son linge sale. La vérité est un peu moins glamour: j'avais besoin d'un boulot et le Mail offrait un somme d'argent raisonnable pour un travail plutôt abrutissant. [...] On m'a offert un poste à plein temps et les rédacteurs en chef m'ont rarement pris la tête.»

James King évoque certains de ses articles publiés alors qu'ils contenaient de fausses informations, de mauvaises illustrations...

«J'ai vu des rédacteurs en chef de la publication en anglais la plus fréquentée en ligne publier des informations qu'ils savaient fausses.»

Et c'est la réaction du chef d'édition à l'une des polémiques et une nouvelle demande qui l'aurait forcé à jouer entre agrégation (ce que nous faisons avec cet article par exemple) et plagiat (ce que nous essayons de ne jamais faire) qui l'a poussé à quitter la rédaction:

«Peu importe ce que le Mail veut être, ce qui compte, c'est ce qu'il est vraiment: une publication avec des millions de lecteurs –dont beaucoup croient ce qu'ils lisent– qui est non seulement cité comme une source crédible par d'autres publications, mais qui est également présenté comme un nouveau modèle pour le journalisme en ligne. Mais les responsabilités qui viennent avec, soit le Mail ne les réalise pas, soit il s'en moque.»

Slate.fr

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

OnlyFans, le porno de la jeune génération

OnlyFans, le porno de la jeune génération

Les internautes s'inscrivent et paient un abonnement pour suivre leurs stars, célèbres ou amatrices.

Vivement la mort des mails

Vivement la mort des mails

Pour mettre fin au tonneau des Danaïdes que sont nos boîtes mails.

Newsletters