Parents & enfantsDouble X

Pub SFR: Et la femme passa de la friteuse au contrôle du monde

Titiou Lecoq, mis à jour le 04.03.2015 à 15 h 13

Dans la dernière publicité SFR pour l'une des boxs de la marque, on voit une femme puissante avec un message apparemment féministe... Ce serait trop beau.

Après des années à être cantonnées au maniement des friteuses et autres robots ménagers, les femmes accèdent à la technologie –selon les publicitaires.

Et on part de loin. Pendant des années, les bienfaits de la technologie s’étendaient aux femmes sur un éventail allant de la nouvelle friteuse sans huile à la machine à thé –parce que, faut pas déconner, le café c’est une affaire d’hommes. Il n’y a pas si longtemps, les publicitaires ne semblaient pas envisager que des femmes sachent télécharger, rappelez-vous l'an dernier la publicité de Numéricable:

Les nouveautés technologiques ont donc toujours ciblé avant tout les hommes. Mais depuis quelques semaines, SFR a lancé sa campagne sur son nouveau produit, la home box, autrement dit la maison connectée. Et là, on a découvert qu’ils s’adressaient aux femmes. Un choix a priori positif mais à y regarder de plus près, on peut s’interroger sur le sous-texte de ce spot.

Que voit-on au début?

Un enfant qui dort+ des aboiements d’un chien= film d’horreur.

Le père s’est endormi devant un documentaire à la télé («leur couleur vient des pigments…» nous dit une voix). Il est donc dans la même position de vulnérabilité que l’enfant.

Pendant ce temps, la femme travaille tard. Elle est au bureau. Comprenez: elle n’a pas dû sacrifier toute envie de couple et de maternité pour sa carrière. Encore plus fort, sa position dans la réunion –assise sur la table, dominant les autres qui tournent leurs visages avides de savoir et de promotion vers elle– indique qu’elle est chef. Elle est même super-chef vu que sur le tableau derrière elle, on voit bien son plan d’invasion de l’Europe de l’Ouest. Elle est assise sur la table parce qu’elle est hyper à l’aise dans son travail, elle adore faire des réunions jusqu’à 23h, elle gère grave, elle n’a pas besoin de faire ses preuves.

Wahou… Une image positive de la femme qui bosse. Sauf que, on notera qu’elle n’éprouve aucun remord à faire travailler les autres jusqu’à des heures indues, les obligeant à venir se prosterner devant elle qui a le cul nonchalamment posé sur la table, pensant qu’ils sont corvéables à merci, alors que ça se trouve, eux aussi ils ont des enfants mais pas la home box de SFR. Elle agit donc exactement comme un chef masculin. Les mecs de la pub sont tellement forts que, d’une certaine manière, bosser jusqu’à 22h passe pour un progrès social. (Et remarquez, ils n’ont pas tort, l’égalité passera sans doute par une égale aliénation au travail.)

La mère absente (donc coupable)

Mais comme on n’échappe pas à certaines culpabilités, pendant ce temps, chez elle, son gosse s’agite dans son sommeil. (Vous noterez que c’est un garçon, cette femme domine un environnement d’hommes.) Il sent que sa maman n’est pas là, il est donc mal. L’orage le réveille, il se dresse, les yeux ouverts et là, la maman qui est en plein boulot lève aussi la tête et attrape son téléphone.

COMMENT? Mais comment elle a fait ça? Elle est télépathe? Elle a l’instinct maternel? Non, elle a simplement une alarme qui lui dit de brancher la veilleuse.

Notons ici une grosse incohérence: qui allume une veilleuse après que l’enfant se soit endormi? Pourquoi programmer son démarrage alors que le gamin dort déjà? A moins que l’enfant soit porteur d’un capteur (sur son pyjama ou dans ses draps) qui indique qu’il vient de s’agiter, information aussitôt transmise à la box et au téléphone de sa mère. (Vous pensez que c’est de la science-fiction? N’oublions pas que des chercheurs ont mis au point le capteur de pipi avec alarme qui envoie un texto aux parents pour leur dire que ça serait coolos de changer la couche de leur progéniture. Partant de là, tout est possible.) 

Bref. L’enfant se rendort aussitôt. Parce que la home box de sfr a deux autres pouvoirs magiques: elle fait taire les aboiements de chien et elle éloigne les orages. (Une question reste cependant en suspens: me permettrait-elle d’éteindre à distance la musique de merde qu’écoute ma voisine?)  

De mon côté, à ce niveau-là de la pub, il y a un autre souci. L’enfant est certes rassuré et se rendort mais sa couverture a glissé. Comment les publicitaires ont-ils pu laisser passer ça? Cette image montre exactement ce qu’ils ne veulent pas dire: à savoir que sa maman n’est pas là pour remonter sa couverture. 

Faisons ici une pause. Avant d’aller me coucher, je vais vérifier que les fruits de mes entrailles dorment paisiblement. (Faux! Je sais qu’ils dorment vu qu’ils ne hurlent pas. En vrai, je vais vérifier qu’ils respirent toujours.) Et là, j’en profite pour remonter leurs couvertures. Pourquoi? Parce que je suis une maman-louve qui veille sur le bien-être de ses petits. Mouais... Mais aussi parce que j’ai envie de faire un truc vu que je me sens un peu conne de les mater en train de dormir. Du coup, je me donne l’impression d’avoir été utile. Et à chaque fois que je le fais, je me dis que j’ai intégré un geste cinématographique que je me contente de reproduire. Et là, du coup, ce petit gamin avec sa couverture tombée, ça me contrarie. Même si en vrai il a chaud, puisque au début de la pub il n'a carrément pas du tout la couverture sur lui. 

Pendant ce temps, la meuf, allez savoir pourquoi, elle en profite aussi pour éteindre la télé de son mec, ce qui a pour conséquence désagréable de le réveiller.

AH AH AH… Alors remettons en contexte, vous êtes chez vous, tranquille, votre compagne va rentrer tard. Vous faites quoi ?

1°) vous regardez un documentaire animalier («leur couleur vient des pigments»…)

2°) vous matez un porno.

On peut refaire la scène: l’homme est tranquillement devant son ordi en train de s’astiquer frénétiquement la nouille et là, son ordi s’éteint. Vous sentez l’énorme malaise? Ca doit inévitablement lui rappeler le jour de ses 14 ans où sa mère est entrée dans sa chambre sans frapper.

Et c’est là tout le drame de cette pub. Enfin bon… drame… disons que c’était un choix à double tranchant. Jouer sur le fantasme de la mère omnisciente. Même quand elle n’est pas là, elle ne te fout pas la paix. Fascisme domestique, devrait hurler cet homme qu’on infantilise. Mais SFR s’en fout, parce que SFR parle aux femmes. SFR ne dit pas: Avec SFR, elle est chez vous, même quand elle n’y est pas. Ce qui est foutrement anxiogène. Non, le slogan c’est Avec SFR vous êtes chez vous, même quand vous n’y êtes pas.

La femme est dieu. Voire même encore plus forte puisqu’elle ne se contente pas de vous observer dans vos moindres actions, elle vous contrôle à distance. Le cauchemar absolu pour les conjoints et les enfants. (Parce que les enfants ont besoin de savoir  croire qu’ils ont leur part de secrets.)

Le sous-texte: inutile de déléguer les responsabilités ménagères et parentales à votre conjoint, cette grosse merde qui pionce sur le canapé

Bien sûr le but de cette publicité est de nous flatter, nous les femmes, et ça marche. Oui, c’est jouissif de se voir enfin représentée en situation de pouvoir après des années à avoir été cantonnée aux marques de lessive. On ne va pas se plaindre que les femmes soient mieux représentées dans les pubs, même si la famille reste blanche et hétérosexuelle. Mais cette pub est symptomatique d’une espèce de mode qui consiste grosso modo à réactiver la guerre des sexes. Elle ne s’adresse qu’aux femmes, pas en oubliant les hommes mais en opposition à eux, en désignant une nouvelle dominante dans la maison et au bureau.

Ce n’est pas vraiment ce que je demandais personnellement en tant que féministe. J’imaginais plutôt tendre vers un couple qui fonctionne à deux, en se répartissant les tâches de la façon la plus harmonieuse et équilibrée possible. Ici, le sous-texte c’est plutôt: inutile de déléguer les responsabilités ménagères et parentales à votre conjoint, cette grosse merde qui pionce sur le canapé au lieu de veiller sur votre enfant, qui n’est même pas foutu de penser à allumer la veilleuse du petit quand il le couche, bref cette chose qui n’est pas un être humain mais une patate, d’ailleurs, à l’instar des patates il ne se masturbe même pas, pour tout cela il vaut mieux compter sur SFR que sur lui. Grâce à votre nouveau partenaire home box, vous pourrez tout faire. Vous pourrez concilier vie professionnelle, maison, enfants et gestion de la patate qui vous a fourni son sperme.

Evidemment, ce n’est pas comme si on devait attendre grand chose des campagnes publicitaires, mais ça me dérange que sous couvert de féminisme, on fonde une nouvelle forme de domination. J’ai comme l’impression que notre message a été légèrement dévoyé.

Titiou Lecoq
Titiou Lecoq (196 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte