«Girl in a Band»: premiers extraits en français de l'autobiographie de Kim Gordon

Détail de la couverture de «Girl in a Band» de Kim Gordon (Éditions Le Mot et le Reste).

Détail de la couverture de «Girl in a Band» de Kim Gordon (Éditions Le Mot et le Reste).

Quelques réflexions de la bassiste de Sonic Youth sur la maternité, son couple avec Thurston Moore ou son amitié avec Kurt Cobain.

Pour beaucoup de fans de rock, elle incarne la maman/grande sœur punk idéale: la bassiste de Sonic Youth, Kim Gordon, vient de publier aux Etats-Unis ses mémoires, Girl in a Band, dont une de nos consœurs de Slate.com, Jessica Grose, a récemment sélectionné plusieurs passages particulièrement intéressants. On vous rassure, elle nous conseille quand même de lire en entier cet ouvrage rempli de «moments délicieux et cancaniers sur son passage dans la scène arty new-yorkaise», mais aussi de «réflexions poignantes et intelligentes sur le mariage, la maternité, ou le fait d'être à la fois une femme et une âme créatrice». Les voici traduits en français, tels qu'ils seront publiés fin mai dans la traduction hexagonale de l'ouvrage par Suzy Borello, aux éditions Le Mot et le Reste.

Sur le premier tournage de clip après la naissance de sa fille Coco, en 1994:

«Quand Coco a eu deux mois, on est partis à L.A. avec Thurston pour tourner le clip de notre reprise des Carpenters, Superstar, filmé par Lance Accord –il avait apporté un micro doré qui, à mon avis, était le clou du clip– et réalisé par Dave Markey. J’adore la voix de Thurston sur ce morceau et la production tout entière est superbe (les paroles de Superstar sont parmi les plus belles jamais écrites). Malgré mes kilos de grossesse en trop, j’ai réussi je ne sais trop comment à me glisser dans une immense robe de bal en velours rouge. Partir en Californie avec un bébé de deux mois faisait partie des soucis encore inédits d’une "nouvelle maman"; les seins qui dégoulinent de lait, c’est pas très rock and roll!»


Sur son amitié avec Kurt Cobain:

«Plus tard, peu après que Kurt et Courtney se sont mis ensemble et qu’ils ont eu leur fille, Frances Bean, ils sont venus nous voir jouer à Seattle. À la fin du concert, Kurt m’a coincée dans les loges. "Je ne sais pas quoi faire, m’a-t-il avoué. Courtney croit que Frances m’aime plus qu’elle…" Je me souviens parfaitement de cette discussion, si révélatrice de plus d’une façon, la première étant que Kurt n’avait personne vers qui se tourner pour demander des conseils; la deuxième que, oui, Courtney était complètement égocentrique; la dernière, que Kurt passait probablement plus de temps qu’elle avec Frances.»

Sur la composition du morceau Swimsuit Issue:

«Quand le groupe a signé chez Geffen, une histoire y circulait sur un cadre qui avait harcelé sexuellement sa secrétaire; Swimsuit Issue est parti de là. Je trouvais bizarre que Geffen, comme bien d’autres entreprises, ait une "journée des secrétaires"; sauf que les secrétaires ne semblent jamais être promues au-delà de ça. Cette chanson était censée mettre cette hypocrisie en lumière.»


Sur la découverte de la liaison de Thurston Moore:

«C’est ainsi que tout a commencé, au ralenti, en un schéma récurrent de mensonges, d’ultimatums et de fausses promesses, suivi d’emails et de SMS qui semblaient presque conçus pour que je tombe dessus, me forçant à prendre une décision que lui, Thurston, était trop lâche pour affronter. J’étais furieuse. Ce n’était pas seulement la responsabilité qu’il refusait d’endosser, c’était la personne qu’il m’avait forcée à devenir: sa mère. J’avais le choix: tolérer cette humiliation, ou mettre un terme à tout ça.»

Girl in a Band, par Kim Gordon

Parution le 21 mai aux éditions Le Mot et le Reste. Traduction: Suzy Borello. Extraits publiés avec l'aimable autorisation de Suzy Borello et des éditions Le Mot et le Reste.

 

 

Partager cet article