Monde

Disparition du MH370: négligence ou conspiration?

Repéré par Myriam Lebret, mis à jour le 03.03.2015 à 15 h 56

Repéré sur GQ

Un membre de la Royal Malaysian Air Force regarde par la fenêtre d'un avion de la Malaysian Air Force pendant les opérations de recherche du MH370 le 13 mars 2014. REUTERS/Samsul Said

Un membre de la Royal Malaysian Air Force regarde par la fenêtre d'un avion de la Malaysian Air Force pendant les opérations de recherche du MH370 le 13 mars 2014. REUTERS/Samsul Said

Le 8 mars 2014, vol MH370 disparaissait sans laisser, avec 227 passagers et 10 membres d’équipage. Sean Flynn, correspondant pour GQ, a mené une longue enquête sur le mystère de cet avion. Dans son article «The Vanishing» (La disparition) il rapporte que l’Etat malaisien a au moins manqué de transparence et fait preuve de négligence, si ce n’est plus.

Sean Flynn a rencontré plusieurs proches des passagers, comme Sarah Bajc, la compagne de l’Américain Philip Wood et le Français Ghyslain Wattrelos (mari et père de la famille française qui voyageait à bord). Il a également contacté des spécialistes de l’aviation pour mieux comprendre comment un Boeing 777 pouvait s’évanouir. Pour toutes les personnes que le journaliste a interrogées, il est clair que les Etats leur cachent quelque chose, et notamment le gouvernement malaisien. 

D’une part, la Malaisie savait que l’avion avait continué à voler et ne s’était pas écrasé à l’endroit où le signal avait été perdu: de 2h25 (soit une heure après sa disparition) à 8h19 du matin, ses signaux ont été captés par une antenne téléphonique. Lorsque les équipes de secours ont été envoyées au niveau d'IGARI, le dernier point aérien où le MH370 a été repéré, l'appareil de la Malaysia Airline volait probablement encore.

D’autre part, les radars militaires du pays ont capté les signaux de l’appareil après sa disparition. Selon le protocole en vigueur, l’armée aurait dû envoyer des jets pour identifier visuellement l’avion, mais rien n’a été fait. Sans compter qu’il a fallu 17 minutes pour que quelqu’un se rende compte que le MH370 était perdu, contre les 2 ou 3 nécessaires selon le capitaine Desmond Ross, un spécialiste en sécurité aérienne interrogé par Sean Flynn. Pour Desmond Ross:

«Il s’agit soit d’incompétence, d’un manque total de conscience professionnelle, ce qui revient à de la négligence criminelle, soit d’une conspiration. Qu’est-ce que ça peut être d’autre?»

Depuis le drame, de nombreuses théories ont émergées, comme le rappelle Sean Flynn: suicide de masse, détournement d’avion en direction de la base américaine de Diego Garcia, coulage à pic au fond de l’Océan Indien, mission secrète américaine, erreur de tir dans un exercice militaire americano-thailandais… Mais aucune ne peut être prouvée sans les débris du MH370 que l'on recherche toujours. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte