Culture

Regardez le court-métrage qui est ensuite devenu «Whiplash»

Temps de lecture : 2 min

Une des plus grosses surprises de ces derniers Oscars a été la nomination de Whiplash dans la catégorie de «meilleur scénario adapté» au lieu de «meilleur scénario original». Selon l'académie, le scénariste et réalisateur Damien Chazelle avait filmé une première scène de ce qui allait devenir son futur long-métrage et l'avait présenté à Sundance, en 2013, afin de trouver des fonds pour financer un long-métrage. L'académie a semble-t-il considéré que le scénario était adapté de ce court-métrage.

Quoi qu'il en soit, ce film finalement ressurgi en ligne, et il offre un regard sur comment le film aurait pu se dérouler dans un autre univers.

Il est clair que –avec cette scène, au moins– il y a eu peu de changements entre le passage du court au long-métrage –les dialogues sont quasiment les mêmes mot pour mot, et J.K. Simmons est tout aussi terrifiant et déroutant– à l'exception d'une différence cruciale.

Ici, le jeune acteur Johnny Simmons joue le rôle principal que Miles Teller va finalement endosser avec la réussite que l'on connaît. C'est peut-être subtil, mais l'approche des acteurs du même personnage est un tout petit peu différente. Alors que le Dr. Fletcher commence à lancer des insultes (et une chaise) en direction d'Andrew, Simmons semble plus secoué et presque immédiatement blessé. Teller, par contre, joue Andrew d'une façon plus rigide et stoïque –la douleur est toujours là, mais il la cache plus, une approche que Teller conserve pendant le reste du film.

Newsletters

L'architecture fédérale américaine passe sous la coupe de Donald Trump

L'architecture fédérale américaine passe sous la coupe de Donald Trump

Le président et ancien promoteur immobilier rompt avec la tradition de ne pas imposer de style officiel.

On a regardé «The Goop Lab» de Gwyneth Paltrow pour que vous n'ayez pas à le faire

On a regardé «The Goop Lab» de Gwyneth Paltrow pour que vous n'ayez pas à le faire

On s'est sacrifiées pour vous, et on va tout vous raconter.

Mamie Smith, première blueswoman noire si vite oubliée

Mamie Smith, première blueswoman noire si vite oubliée

En 1920, Mamie Smith enregistre «Crazy Blues». Ce morceau plein de douleur va devenir le premier succès d'un·e artiste afro-américaine, et casser de nombreuses barrières.

Newsletters