Tech & internet

Google+ est peut-être mort, mais nous n'en avons pas fini avec le réseau social de Google

Temps de lecture : 2 min

Dear Steve: Google+ iPhone charlicurve via Flickr CC License by
Dear Steve: Google+ iPhone charlicurve via Flickr CC License by

«Google+ est un cimetière social. On dit qu'il a plus de deux milliards de profils, mais moins de six millions d'utilisateurs actifs.»

Pas sûr que la référence de Quartz fasse plaisir à Google et aux quelques défenseurs de Google+, reconnaissons que le réseau social de Google ne boxe pas dans la même catégorie que Facebook et Twitter.

D'autant que beaucoup de médias l'ont déjà enterré après la dernière annonce. Lundi 2 mars, Bradley Horowitz, qui devait arriver à la tête du réseau social, a annoncé sur son profil qu'il était «heureux de prendre la tête de Photos et Streams»«les deux principales composantes de Google+», rappelle Pixels– sans pour autant faire référence au réseau social.

Comme le rappelle Engadget, cela arrive quelques jours après que Sundar Pichai, le directeur produits de Google, a laissé penser que le service serait plus fort s'il était éparpillé plutôt que réuni sous un même nom.

Cela semble être une sacrée chute pour Google. «Quand le service a été lancé en 2011, il portait en lui les espoirs de supplanter Facebook et devenir le réseau social que l'on choisit», rappelait Will Oremus sur Slate, en avril 2014, lorsque Vic Gundotra, le père de Google+ avait quitté le navire:

«En fait, Google Plus est devenu le réseau social qu’on utilise en dernier recours, essentiellement peuplé d’un assortiment d’employés de Google, de déserteurs de Facebook, d’amoureux des maths et des sciences, ou de personnes qui préfèrent parler boutique sans toutes les photos de chats ou de bébés.»

Alors Google est-il en train de mettre fin à l'expérience Google+? Pas vraiment si l'on en croit David Pierce sur Wired:

«N'écrivez pas la nécrologie tout de suite. Ce serait une erreur d'appeler cela une retraite ou l'admission d'un échec. Google fait ce que Google fait de mieux: optimiser sans cesse ses produits en fonction des données et du retour des utilisateurs. Il y a un petit noyau d'utilisateurs de Google+ très dédiés à Streams qui profiteront désormais d'un meilleur produit plus centré sur ce qui les intéresse. La vérité, c'est que quand Google a lancé Google+, il a lancé trois choses (Streams, Photos et Hangouts). Ce qu'il n'a pas réalisé, c'est que les deux qui n'étaient pas “le réseau social”, Hangouts et Photos, allaient devenir le futur des réseaux sociaux.»

La messagerie (Messenger, WhatsApp, YikYak) et les photos (Instagram, Snapchat) ont profité du mobile, explique Wired, qui estime que Google a réussi à s'imposer dans tous les domaines en proposant ses différents produits. C'est d'ailleurs ce qui laisse penser le site spécialisé qu'on est loin d'en avoir fini avec l'idée réseau social de Google qui avait été envisagé avec Google+. Il sera simplement éparpillé:

«Il est partout, sur toutes les plateformes, basé sur ce que l'on veut partager, où on veut le partager et avec qui. Et il peut faire des GIF de vos photos automatiquement. Si ce ne peut pas être un réseau social qui réussit, alors je ne sais pas ce qui peut l'être.»

Slate.fr

Newsletters

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Les fausses statistiques de Facebook sur les vidéos ont causé des centaines de licenciements

Des journalistes de The Atlantic estiment que plus de 350 journalistes ont perdu leur emploi en partie en raison des statistiques données par Facebook.

Un logiciel pourrait permettre de retrouver les fabricants d'armes imprimées en 3D

Un logiciel pourrait permettre de retrouver les fabricants d'armes imprimées en 3D

PrinTracker permet de tracer un objet en identifiant l'imprimante 3D qui l'a créé.

Jet Li a refusé de jouer dans Matrix pour rester maître de ses mouvements

Jet Li a refusé de jouer dans Matrix pour rester maître de ses mouvements

L’acteur chinois redoutait de se faire déposséder de ses techniques d’arts martiaux si un studio américain les numérisait.

Newsletters