Santé / Sciences

Pour survivre à une invasion de zombies, isolez-vous

Temps de lecture : 2 min

 Zombie Walk 2012 - SP / Gianluca Ramalho Misiti via Flickr CC Licence By
Zombie Walk 2012 - SP / Gianluca Ramalho Misiti via Flickr CC Licence By

Les zombies arrivent? Un conseil, partez vous réfugier là où il n’y a personne. Telle est la conclusion d’une étude rapportée par Popsci qui sera présentée le 5 mars à l’American Physical Society. Une équipe de l’Université Cornell dirigée par Alexander Alemi a modélisé statistiquement une épidémie de zombie.

Si vous ne croyez pas à la possibilité d’une attaque de zombies, modéliser une épidémie de ce type n’est pas inutile, beaucoup de maladies infectieuses se propagent par contact.

Le modèle a été fait pour 300 millions de personnes et donne quatre états possibles pour les humains: normal, infecté, zombie, zombie mort. La simulation a également pris en compte les densités de population. Les villes les plus peuplées sont donc infectées plus vite alors que les lieux les plus reculés, comme les hautes montagnes, seraient à l’abri.

Le principal auteur de cette étude, Alexander Alemi, explique que «au vu de la dynamique de la maladie, une fois que les zombies s’attaquent à des zones moins peuplées l’épidémie ralentit». Il reste cependant assez pessimiste, puisque son rapport se termine sur une remarque assez glaçante: à une échelle plus grande et plus réaliste, nous serions tous condamnés.

L’étude se penche uniquement sur les Etats-Unis et conseille de se réfugier dans les Etats du nord du pays, mais cela vaut pour tous.

En 2014, nous partagions avec vous des cartes réalisées par un designer basé à Toronton, Ryan McArthur, et qui montrait la route à suivre pour échapper à une épidémie de zombies. En France, McArthur conseillait de se réfugier dans le massif des Ecrins. En 2012, nous vous parlions aussi d’une carte de survie créée en cas d’invasion.

Vous pensez être prêts? Vérifiez tout de même que votre kit de survie anti-zombie est bien complet.

Slate.fr

Newsletters

Pour une femme tocophobe, la naissance de son enfant n’est pas un heureux événement

Pour une femme tocophobe, la naissance de son enfant n’est pas un heureux événement

La peur pathologique de la grossesse peut entraîner des complications au cours de l’accouchement et/ou après la naissance.

Regarder du porno n'est pas un problème

Regarder du porno n'est pas un problème

Des décennies de méfiance paranoïaque ont failli faire ranger l’addiction au porno parmi les pathologies officiellement incluses dans la Classification internationale des maladies. Heureusement, l’Organisation mondiale de la santé ne s’y est pas trompée.

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

«Quand je suis tombée malade, j’ai senti que mon corps ne pourrait pas endurer pire»

Sur les 54 000 nouveaux cas annuels de cancers du sein, 10% touchent des femmes de moins de 40 ans. L’association Jeune et Rose leur est dédiée.

Newsletters