Santé / Sciences

Pour survivre à une invasion de zombies, isolez-vous

Temps de lecture : 2 min

 Zombie Walk 2012 - SP / Gianluca Ramalho Misiti via Flickr CC Licence By
Zombie Walk 2012 - SP / Gianluca Ramalho Misiti via Flickr CC Licence By

Les zombies arrivent? Un conseil, partez vous réfugier là où il n’y a personne. Telle est la conclusion d’une étude rapportée par Popsci qui sera présentée le 5 mars à l’American Physical Society. Une équipe de l’Université Cornell dirigée par Alexander Alemi a modélisé statistiquement une épidémie de zombie.

Si vous ne croyez pas à la possibilité d’une attaque de zombies, modéliser une épidémie de ce type n’est pas inutile, beaucoup de maladies infectieuses se propagent par contact.

Le modèle a été fait pour 300 millions de personnes et donne quatre états possibles pour les humains: normal, infecté, zombie, zombie mort. La simulation a également pris en compte les densités de population. Les villes les plus peuplées sont donc infectées plus vite alors que les lieux les plus reculés, comme les hautes montagnes, seraient à l’abri.

Le principal auteur de cette étude, Alexander Alemi, explique que «au vu de la dynamique de la maladie, une fois que les zombies s’attaquent à des zones moins peuplées l’épidémie ralentit». Il reste cependant assez pessimiste, puisque son rapport se termine sur une remarque assez glaçante: à une échelle plus grande et plus réaliste, nous serions tous condamnés.

L’étude se penche uniquement sur les Etats-Unis et conseille de se réfugier dans les Etats du nord du pays, mais cela vaut pour tous.

En 2014, nous partagions avec vous des cartes réalisées par un designer basé à Toronton, Ryan McArthur, et qui montrait la route à suivre pour échapper à une épidémie de zombies. En France, McArthur conseillait de se réfugier dans le massif des Ecrins. En 2012, nous vous parlions aussi d’une carte de survie créée en cas d’invasion.

Vous pensez être prêts? Vérifiez tout de même que votre kit de survie anti-zombie est bien complet.

Slate.fr

Newsletters

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

Est-il normal de ne pas souffrir après une rupture?

«C’est compliqué» est un courrier du cœur moderne dans lequel vous racontez vos histoires –dans toute leur complexité– et où une chroniqueuse vous répond. Cette chroniqueuse, c’est Lucile Bellan. Elle est journaliste: ni psy, ni médecin, ni gourou...

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

Pour une partie d'entre nous, l'arrivée de l'été est synonyme de déprime

La dépression saisonnière ne se manifeste pas qu’en hiver: il n’est pas si paradoxal de broyer du noir à l’approche de la saison estivale.

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Les femmes absentes des études sur les maladies les plus dangereuses pour elles

Elles manquent toujours à l'appel dans la recherche cardiovasculaire, par exemple.

Newsletters