Culture / Monde

En réponse aux exactions de Daesh, le musée national d’Irak rouvre ses portes en urgence

Temps de lecture : 2 min

La réouverture du musée de Bagdad, en février 2015. REUTERS
La réouverture du musée de Bagdad, en février 2015. REUTERS

Le Musée national d'Irak de Bagdad a rouvert ses portes, dimanche 1er mars, avec plusieurs semaines d’avance. La diffusion planétaire, trois jours plus tôt, d’une vidéo montrant la destruction de pièces du musée de Mossoul, à près de 350 kilomètres de la capitale, par l’Etat islamique explique cette précipitation. Que les pièces détruites soient vraies ou des répliques importe peu pour le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi: «Ces terroristes barbares, criminels essayent de détruire le patrimoine de l'humanité et la civilisation de l'Irak», a-t-il déclaré. Et il a voulu prouver que l’Irak revendique son passé.

Le musée de Bagdad était fermé depuis près de douze ans. En 2003, tandis que le personnel avait déserté le bâtiment au moment de l’entrée des troupes américaines dans la ville, opérée en quatre jours entre le 8 et le 12 avril, 15.000 objets d’une valeur inestimable avaient disparu. Depuis, les efforts ont été considérables pour récupérer les statues, sculptures et autres tablettes cunéiformes. Avec un bilan mitigé puisque seulement un tiers des pièces disparues a pu être restitué au musée.

Certaines pièces ont été saisies sur les marchés d'antiquités de Jordanie, du Liban, d’Arabie saoudite mais aussi de New York…. D’autres ont réapparu spontanément, reprenant soudain leur place sur des étagères. D’autres encore ont été récupérées dans des familles de soldats mais la plupart restent introuvables.

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Pour 1.500 dinars (1 euro), le musée ouvre les portes sur une collection qui couvre près de 7.000 ans d'histoire de la Mésopotamie –considérée comme le berceau de la civilisation. Une réouverture dans un environnement instable, incertain et dangereux. Au moins 25 personnes ont été tuées, le 1er mars, dans deux attaques au nord de la capitale.

Newsletters

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Festival de Cannes, jour 9: «Les Crimes du futur» au risque des circonstances atténuantes

Très (trop?) attendu, le film de David Cronenberg mobilise nombre des ressources qui font la réputation de cet auteur sans trouver la forme qui leur donnerait leur pleine puissance.

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

À Cannes, deux récits décevants sur le 13-Novembre

Présentés au Festival de Cannes, «Revoir Paris» et «Novembre» abordent les attentats de novembre 2015. Mais à force de marcher sur des œufs, les deux récits nous laissent sur notre faim.

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Festival de Cannes, jour 8: «De humani corporis fabrica», à corps perçus

Entièrement tourné à l'hôpital, le film de Lucien Castaing-Taylor et Véréna Paravel invente de nouvelles possibilités de voir ce qu'est chacun de nous, physiquement et comme être social, grâce à des approches inédites et à un sens fulgurant de la beauté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio