Culture / Monde

«House of Cards» saison 3: le président russe Petrov est-il plus Poutine ou plus Eltsine?

Temps de lecture : 2 min

Evidemment, si vous ne supportez pas que l'on dévoile quoi que ce soit d'une série que vous n'avez pas encore vue, ne lisez pas cet article. Il ne contient néanmoins aucun spoiler véritable.

Victor Petrov et Frank Underwood. Netflix
Victor Petrov et Frank Underwood. Netflix

Il s'appelle Victor Petrov, est président de la fédération de Russie, n'est pas un grand fan de la politique étrangère américaine, préfère qu'on ne touche pas à son pré carré, et c'est le nouveau méchant de House of Cards.

Un homme qui ressemble étrangement à Vladimir Poutine –dont il partage les initiales– remarque le New York Times:

«Si vous pensiez que j'analysais un peu trop House of Cards, prenez en compte ces traits biographiques de Petrov. C'est un ancien agent du KGB et il aime poser sur des photos ridicules pour montrer sa virilité. Ici, il aime surfer! Il a même son propre problème avec les Pussy Riot».

Le personnage de Petrov a pourtant des différences avec l'actuel président russe, rappelle le créateur de la série dans une interview avec The Daily Beast:

«On voulait que les dynamiques entre les Etats-Unis et la Russie soient le plus authentiques possibles, mais on ne se limite pas à des parallèles, parce que cela restreint notre créativité. Bien sûr, on pourrait trouver des choses chez Victor Petrov qui sont similaires à Poutine, mais je pense qu'il y a également des éléments chez lui qui sont différents. Petrov est plus grand [rires].»

Beau Willimon rappelle également que cet arc de la série a été écrit avant même le début des Jeux olympiques de Sotchi et l'invasion de la Crimée.

Le problème de Petrov, estime Foreign Policy, c'est que House of Cards l'a raté, en faisant un personnage trop caricatural:

«Le Petrov de House of Cards semble être le caricature d'un leader russe plus qu'un adversaire crédible pour Underwood. A un moment, les deux hommes font référence aux séances de photo et aux aventures qui ont fait de Poutine un mème plus qu'un dirigeant politique. Mais quand la série ajoute un Petrov qui enquille les shots de vodka, qui fait la fête dans des datchas, et qui court les femmes, on pense plus à l'ancien président Boris Eltsine qu'à Poutine. Un ancien espion revanchard du KGB accusé d'emprisonner et de tuer ses rivaux tout en consolidant son pouvoir et en conquérant des parties de pays voisins auraient pu être suffisantes pour un soap opera, mais les créateurs de la série semblent avoir eu envie d'aller encore plus loin.»

Deux des Pussy Riot qui ont également participé à un épisode avec Petrov estimaient d'ailleurs qu'il était plus un «petit tsar», «trop joyeux» pour ressembler à Poutine et qu'il était, justement, plus un croisement de ce dernier avec Eltsine. Nadejda Tolokonnikova et Maria Alyokhina ont passé un an en prison pour avoir chanté une prière punk anti-Poutine dans une cathédrale.

Slate.fr

Newsletters

Et Adolf devint Hitler

Et Adolf devint Hitler

Sa nouvelle biographie est un éclairage bref et précis sur la vie du dictateur et une entrée pour comprendre la construction de sa pensée.

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

En finir avec les Bisounours: les écoterroristes squattent la rentrée littéraire

Tueur de braconniers, maquisard du Front de libération des animaux ou Jeanne d’Arc de la défense de l’environnement: des écolos énervés surgissent dans les romans.

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Le Moyen Âge aussi avait son Jeff Bezos

Pratiques commerciales douteuses, exploitation de salariés précaires... Déjà au XIIIe siècle, les grands patrons profiteurs étaient sans scrupules.

Newsletters