Culture / Monde

Hommage à Leonard Nimoy: les Canadiens ont «spocké» leurs billets de 5 dollars

Temps de lecture : 2 min

Après le décès de l’acteur Leonard Nimoy, des billets canadiens arborant le visage de son personnage le plus connu, Spock, ont refait surface.

Leonard Nimoy et William Shatner dans les rôles de Spock et Capitaine Kirk dans Star Trek en 1968.  Photo Wikimedia CC via NBC
Leonard Nimoy et William Shatner dans les rôles de Spock et Capitaine Kirk dans Star Trek en 1968. Photo Wikimedia CC via NBC

Cet article a été mis à jour le mardi 3 mars 2015 à la suite de la réaction de la Banque du Canada.

Pour les fans de la série Star Trek, et de science-fiction en général, Spock était un personnage emblématique. Mi-humain mi-vulcain, il reste célèbre pour sa coupe au bol, ses oreilles pointues, et son salut qu’il accompagnait d’un «longue vie et prospérité».

C’est donc tout naturellement que, à la suite de l’annonce de son décès, de nombreux hommages ont commencé à apparaître à travers le monde et sur Internet. Et les Canadiens auront peut-être été les plus originaux, comme le rapporte le site Quartz.

A l’aide de quelques coups de stylo, son visage apparaît sur les billets de 5 dollars canadiens, comme l'a montré le Canadian Design Resource (CDR).

Ce gribouillage n’est pas nouveau: dessiner des personnages sur les dollars canadiens est une vieille tradition, et ce grâce à Sir Wilfrid Laurier, le septième Premier ministre du pays, entre 1896 et 1911.


Le billet de 5 dollars représentant Sir Wilfrid Laurier. Via Bank of Canada

Son visage, qui apparaît sur les billets de 5 dollars, ressemble selon certains fans à celui de Leonard Nimoy. Les détournements n’ont donc pas tardé. «Cette série de billets était une cible facile, a expliqué à Quartz Todd Falkowsky du CDR. Les portraits existant sont assez larges et peuvent être improvisés facilement, et la couleur du billet de 5 dollars est le même bleu que l’uniforme de Spock.» De plus, le gouvernement tolère ces billets «trafiqués», y compris pour les transactions commerciales. Au Canada, ce mouvement a même un nom et une petite communauté, le «Spocking Fives».

Et pourtant, ce hobby a bien failli s’éteindre en 2013 quand la Banque du Canada a annoncé de nouveaux billets, désormais plus sécurisés et dont la nouvelle composition (du plastique polymère en lieu et place du coton) rend les graffitis plus difficiles à réaliser.

Le nouveau billet de 5 dollars représentant Sir Wilfrid Laurier. Via Bank of Canada

Mardi 3 mars 2015, la Banque du Canada a réagi à ces graffitis dans un communiqué rapporté par le Toronto Sun:

«Ce n’est pas illégal d’écrire ou de faire d’autres marques sur les billets de banque… Néanmoins, il y a d’importantes raisons pour lesquelles cela ne devrait pas être fait. Ecrire sur des billets de banque peut interférer avec leurs systèmes de sécurité et réduire leur durée de vie. Les marques sur un billet peuvent aussi l’empêcher d’être acceptés dans une transaction. De plus, la Banque du Canada estime qu’écrire ou marquer des billets de banque est inapproprié tant ils sont le symbole de notre pays et une source de fierté nationale.»

Le Huffington Post canadien rappelle de son côté que Sir Wilfrid Laurier peut également se targuer d’une ressemblance avec un autre personnage de fiction: Severus Rogue, le professeur détesté par Harry Potter.

Via Reddit.

Slate.fr

Newsletters

«Une affaire de famille», bricolage de survie en or fin

«Une affaire de famille», bricolage de survie en or fin

Le nouveau film de Kore-eda accompagne avec verve et émotion les membres d'une «famille» précaire, mais inventant en marge des lois et des normes sa propre façon d'exister.

Neuf ans avant «Vendredi 13», un tueur pourchassait déjà ses victimes dans les bois

Neuf ans avant «Vendredi 13», un tueur pourchassait déjà ses victimes dans les bois

Pour décrypter le slasher américain «Vendredi 13» (1980), c’est vers le septième art transalpin qu’il faut lorgner, du côté du maître du giallo Mario Bava.

Depuis #MeToo, les tournages de scènes de sexe de HBO ne sont plus les mêmes

Depuis #MeToo, les tournages de scènes de sexe de HBO ne sont plus les mêmes

Et l'initiative de la chaîne commence à se répandre à Hollywood.

Newsletters