France

Fausse mort de Martin Bouygues: mieux vaut en rire avec Desproges

Repéré par Charlotte Pudlowski, mis à jour le 28.02.2015 à 19 h 27

Repéré sur YouTube

Après que l'AFP a annoncé la mort, ce samedi matin, à 62 ans, de Martin Bouygues, et après que la direction de TF1/LCI (qui appartient au groupe Bouygues) a démenti cette information, plusieurs s'interrogent sur la santé de l'agence de presse, voire des médias en général, ou de notre civilisation faite de vitesse...

Pas inutile de rappeler donc que les erreurs journalistiques ne datent pas d'Internet. Et qu'à la fin des années 80, le Quotidien de Paris de Philippe Tesson commettait l'erreur de consacrer une page au décès de Marcel Dassault, alors que l'industriel avait encore quelques semaines à vivre –il mourra en avril 1986.

L'humoriste Pierre Desproges avait consacré un sketch à cette erreur du journal (écoutez-le dans la vidéo ci-dessus). 

«Jeudi dernier le Quotidien de Paris a annoncé la mort de Marcel Dassault. (...) "Fausse nouvelle" annoncent les radios dès le journal de 8H "Marcel Dassault n'est pas mort". Une heure plus tard, Marcel Dassault lui-même téléphone à une rédaction. Il prétend qu'il est vivant. Alors je vous le demande. Qui croire?» 

Plus loin il poursuivait: 

«Quoi qu'il en soit et quand bien même Marcel Dassault ne serait pas mort il finira bien par mourir un jour. (...) En réalité, le Quotidien de Paris a été le premier journal de toute la presse française à annoncer la mort de Marcel Dassault et j'attends de pied ferme un démenti.»

Sans compter, ajoutait-il, qu'il vaut mieux que l'annonce soit dans ce sens-là plutôt que de devoir démentir la vie de quelqu'un qui est en fait mort. Ce qui est déjà arrivé dans la presse du siècle dernier. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte