Monde

Faut-il être haut gradé pour réussir un coup d'Etat?

Temps de lecture : 2 min

Le 40e anniversaire de la prise de pouvoir de Mouammar Khadafi en Libye est l'occasion pour «The Economist» de se pencher sur l'image traditionnelle du leader de coup d'Etat. «Parmi ceux encore en activité, seul François Bozizé avait accédé au plus haut grade de l'armée de son pays», écrit l'hebdomadaire britannique.

Mais les petits officiers peuvent se rassurer: à la lecture de la liste dressée par le magazine britannique, il semble que les petits gradés ont autant de chances que leurs supérieurs de se saisir du pouvoir et de le garder.

Khadafi était ainsi un simple colonel lors de sa prise de pouvoir, tout comme son homologue soudanais Omar el-Béchir. Les dirigeants actuels du Burkina Faso et de la Guinée, respectivement Blaise Compaoré et Moussa Dadis Camara, étaient quant à eux capitaines, tandis qu'Obiang Nguema en Guinée Equatoriale et Yahya Jammeh de Gambie étaient lieutenants au moment de leur coup d'Etat, un grade subalterne peu prestigieux.

Parmi les illustres meneurs de coup d'Etat militaire défunts — et donc absents de la liste, Pinochet et Franco par exemple étaient commandants en chef de l'armée de leur pays lors de leurs prises de pouvoir. Une tradition qui semble se perdre au fil les années.

[Lire l'article complet sur economist.com]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Affiche de Khadafi, StartAgain, Flickr, CC

Slate.fr

Newsletters

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

YouTube, réseau préféré de l’extrême droite américaine

Le site de partage de vidéos est l'un des outils de radicalisation les plus puissants.

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Une petite annonce fait tomber Républicains et Démocrates dans le même panneau

Les deux camps avaient tort.

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

À Londres, les élites déclarent la guerre aux sous-sols géants

Les propriétaires des quartiers chics londoniens ne veulent plus des extensions souterraines démesurées des résidences de leur voisinage.

Newsletters